Navigation – Plan du site
ATELIER. La rhétorique sémitique : méthodologie en actes

Les psaumes des montées (Ps 120–134) forment-ils un ensemble structuré ? Récit d’une recherche et d’une... découverte

Roland Meynet

Notes de la rédaction

 
Pour agrandir les images, cliquer en-dessous sur les mentions « Agrandir » (taille moyenne) ou « Original » (taille réelle).
 

Texte intégral

1Dans la Bible, le livre des Psaumes est le seul qui offre des divisions internes. Les psaumes en effet sont numérotés de un à cent cinquante. Cela dit, le problème se pose de l’organisation du livre : s’agit-il d’une collection inorganique, ou peut-on y reconnaître des sous-ensembles ? Traditionnellement, cinq recueils y sont distingués, qui s’achèvent par une doxologie (1–41, 42–72, 73–89, 90–106, 107–150).

  • 1  Seul le deuxième présente une légère variante : « psaumes pour les montées ».
  • 2  Que plusieurs préfèrent interpréter et donc traduire par « pour David » et « pour Salomon ».
  • 3  Voir par ex. la bibliographie de J.-L. Vesco, Le Psautier de David, traduit et commenté, Paris, Le (...)

2Parmi les 115 psaumes qui comportent un titre selon la Bible hébraïque, se détache un groupe compact de quinze qui sont tous intitulés « chant des montées1 » (120–134). À ce titre commun, quatre psaumes ajoutent « de David » (122.124.131.133) et un « de Salomon2 » (127). C’est le seul groupe qui ne soit pas interrompu par d’autres. Tous les psaumes de ce groupe, à part un, sont des compositions plutôt courtes. Leur titre commun a conduit à les considérer comme des chants qui accompagnaient le pèlerinage, la « montée » à Jérusalem et à son temple. Si tous les commentateurs reconnaissent évidemment le groupe qu’ils forment, ils les expliquent en général l’un après l’autre, sans chercher à mettre en évidence une composition d’ensemble. Cela aboutit à un commentaire parcellaire, puisque chaque psaume est considéré comme une unité indépendante. Plusieurs cependant ont proposé une organisation de ces quinze psaumes3. Par principe, je ne regarde pas ce que d’autres ont fait avant de me lancer, « à mains nues », dans l’analyse des textes ; le risque en effet est de se trouver mis sur des rails dont il est ensuite difficile de se dégager. Toutefois, on peut se laisser aller à la curiosité, comme on le verra bientôt.

  • 4  Dans le Traité de rhétorique biblique (R. Meynet, Pendé, Gabalda, coll. Rhétorique Sémitique 11, 2 (...)

3Une possibilité serait de procéder d’abord à l’étude de chaque psaume séparé­ment, suivant nos rubriques habituelles : composition, contexte biblique et inter­prétation, sans oublier les questions de critique textuelle, de grammaire et de lexicographie. C’est alors que pourrait être abordée la seconde étape, l’étude de la composition du recueil entier qui conduirait, en toute logique, à une interpré­tation qui assume mais dépasse la somme des éléments. Une telle démarche pourra paraître parfaitement logique, mais elle ne s’impose pas absolument. J’ai préféré « partir d’en-haut », même si, depuis longtemps, j’avais analysé tel ou tel psaume isolément4. Il a semblé utile de montrer comment j’ai procédé pour tenter de découvrir l’architecture de l’ensemble, qui, au point de départ, n’était que postulée. La rédaction de ces quelques pages a accompagné ma recherche.

1. Premier pas de l’hypothèse

  • 5  Voir Traité, op. cit., p. 256-265 (statistiques sur les livres d’Amos et de Luc, p. 266-268).
  • 6  Ibid., chap. 8 « Le centre des compositions concentriques », p. 417-469.

4Le point de départ est fourni par la connaissance des lois de la rhétorique biblique. Tout d’abord, beaucoup de textes sont composés de manière concentrique5. Ensuite, le centre de ce genre de composition se distingue du reste du texte par une caractéristique particulière : c’est souvent une question, un proverbe, une parabole, une citation, en somme quelque chose qui fait question6. Le nombre des psaumes des montées étant impair, l’hypothèse s’impose que le psaume numériquement central pourrait constituer le centre de la composition.

5Or il se trouve que ce psaume, le huitième (Ps 127), est le seul qui est dit « de Salomon ». En outre, avant lui deux psaumes sont « de David » (122.124) et deux autres « de David » se trouvent après lui (131-133). Il est donc fort probable que nous avons là une composition concentrique, focalisée sur le personnage de Salomon, fils et successeur immédiat de David. Le centre étant l’élément qui articule l’ensemble, il faut évidemment aller au-delà de ce qui n’est encore qu’un premier pas. L’hypothèse doit être complétée et vérifiée.

6Étant donné le nombre des psaumes des montées, plusieurs arrangements sont possibles. Le site www.HebraScriptur.com de Jean-Michel David, avance une proposition alléchante, datée de mars 20047 :

7Un ensemble central serait formé par le psaume 127 avec les deux qui le précèdent et les deux qui le suivent. Cet ensemble serait encadré par deux autres groupes symétriques de quatre psaumes dont la caractéristique serait que les quatre psaumes « de David » se correspondent de manière symétrique, en deuxième et quatrième position (122 et 124 ; 131 et 133). Enfin, les psaumes 120 et 134 feraient « inclusion ». 

  • 8  Voir Traité, op. cit., p. 71, 81, 278, 281.

8La figure est tout à fait régulière en ce qui concerne les noms de David et de Salomon. Mais ce n’est là qu’un indice de composition. Une composition ne peut reposer sur un seul indice ; « la convergence des indices » est indispensable8. « Une hirondelle ne fait pas le printemps ».

9Poser des hypothèses est indispensable, comme il est indispensable de les vérifier. Il faut donc voir si le groupe central offre une construction régulière et cohérente ; de même pour chacun des deux groupes qui l’encadrent. La première vérification qui s’impose, parce qu’elle est la plus simple, sera d’examiner les rapports entre les psaumes extrêmes, pour voir dans quelle mesure ils se correspondent.

10Ces deux psaumes n’ont aucun mot en commun, à part les titres et la reprise du nom de « Yhwh », deux fois au début du premier psaume et cinq fois dans le dernier. Voilà qui est étrange et tout à fait inhabituel pour des textes censés se répondre pour faire inclusion.

11Voyons maintenant si les cinq psaumes centraux forment une unité d’une certaine fermeté. Jean-Michel David note que le nom de « Sion » revient une fois dans les quatre psaumes qui encadrent le psaume central « de Salomon » ; mais il précise que « Sion » revient aussi dans les psaumes 132, 133 et 134. Il ajoute que le premier et le quatrième de ces cinq psaumes (Ps 125.128) s’achèvent par « Paix sur Israël » et qu’ils contiennent le nom de « Jérusalem » (qui par ailleurs revient trois fois en Ps 122). Le lecteur s’attendrait donc que les deux autres psaumes symétriques, le deuxième et le cinquième, entretiennent quelque rapport : l’auteur n’en dit mot, de même qu’il passe sous silence les relations qui ne devraient pas manquer d’exister entre le psaume central et les quatre autres.

12L’hypothèse n’est donc pas vraiment vérifiée, c’est le moins que l’on puisse dire. Sans insister davantage, il vaut donc la peine d’explorer une autre voie.

2. Un autre pas en avant

  • 9 Voir ibid., p. 280, 371, 544 (pour le Notre Père), 362 (pour les béatitudes), 193-195 pour le chand (...)

13 Situé au centre du groupe des quinze psaumes des montées, le Ps 127 se trouve précédé par sept psaumes et suivi par le même nombre de psaumes. Il n’est pas nécessaire d’être un grand spécialiste de la Bible pour savoir que celle-ci commence par le récit des sept jours de la création, qu’il ne faut pas attendre la fin du livre pour entendre parler de l’année sabbatique, à savoir une année qui revient tous les sept ans, et de l’année jubilaire, qui revient tous les sept fois sept ans (Lv 25). Dans le Nouveau Testament, le Notre Père de Matthieu est formé de sept demandes, les béatitudes selon le même évangéliste sont au nombre de sept, la généalogie de Jésus, toujours selon le premier évangile se déroule en trois étapes de deux fois sept. Sans oublier, bien sûr, cet objet liturgique destiné à donner la lumière dans le temple de Jérusalem et qui a été emporté jusqu’à Rome, emmené par Titus dans son triomphe : la menorah, le chandelier à sept branches9.

  • 10  Pour Ex 25,31-36, voir R. Meynet, Quelle est donc cette Parole ? Lecture « rhétorique » de l’évang (...)

14La menorah, modèle et symbole des compositions concentriques des textes, si nombreuses dans la Bible, est elle-même construite de manière concentrique ; comme du reste, les deux textes qui la décrivent dans le livre de l’Exode10. Il vient donc naturellement à l’esprit que les psaumes qui précèdent le psaume central « de Salomon » et ceux qui le suivent pourraient former deux septénaires de construction concentrique. L’architecture des psaumes des montées présenterait donc le cas d’un concentrisme à double détente.

  • 11  Voir Traité, op. cit., p. 269-278.

15Pour vérifier cette hypothèse, on se rappellera une autre loi de la rhétorique biblique : parmi les « symétries partielles » qui indiquent la composition des textes, à côté des « termes initiaux » qui marquent le début d’unités en rapport, et à côté des « termes finaux » qui marquent la fin d’unités symétriques, des « termes extrêmes » qui marquent leurs limites, des « termes médians » qui marquent la fin d’une unité et le début de l’unité symétrique, en contiguïté ou à distance, il existe aussi des « termes centraux »11. Selon cette loi, si chacun des deux septénaires était de composition concentrique, si en outre ils se correspondaient de manière symétrique de chaque côté du psaume central, leurs centres devraient être en rapport, non seulement entre eux mais aussi avec le psaume central de l’ensemble des quinze psaumes des montées. Est-ce le cas ?

3. Les centres des deux septénaires (Ps 123 ; 131)

16Au début du Ps 131 « ni ne se haussent mes yeux » fait écho à « je lève mes yeux » au début du Ps 123, deux syntagmes qui jouent le rôle de termes initiaux. Par ailleurs, à « orgueilleux » de Ps 123,4b (racine g’h) correspond en Ps 132,1b « ne s’élève pas » (racine gbh), jeu de mots remplissant la fonction de termes médians. Alors que « yeux » revient quatre fois dans le Ps 123, il est couplé avec « mon cœur » au début du Ps 131. On notera aussi les deux occurrences de « Yhwh » dans chaque psaume (123,2c.3 ; 131,1b.3).

17Le rapport le plus frappant est sans aucun doute la double comparaison intro­duite par « comme » (Ps 123,2 ; Ps 131,2). Dans le Ps 123, le psalmiste compare sa relation avec « Yhwh » à celle qui lie des « serviteurs » à leur « maître » et une « servante » à sa « maîtresse », dont ils implorent l’aide contre les « satisfaits » qui les rassasient de « mépris ». À nos oreilles ce rapport pour­rait sembler du type maître–esclave. Avec son image maternelle, le psaume symétrique ne permet guère cette interprétation. Dans la société israélite de l’époque, serviteurs et servantes font partie de la maisonnée ; dans le commandement central du sabbat, le décalogue recommande au père de famille de traiter ses serviteurs et servantes comme ses fils et filles (Ex 20,10 ; Dt 5,14).

4. Le centre du recueil (Ps 127)

18Avant d’examiner les rapports entre les trois psaumes centraux, il ne sera pas inutile d’étudier de près la composition du psaume central de la collection, le Ps 127.

19Après le titre, le psaume est organisé en trois parties, deux développées en deux morceaux qui encadrent une partie de la taille d’un segment unimembre (2e). Dans la première partie, les deux segments bimembres du premier morceau sont d’un parallélisme strict. Quant au second morceau, formé d’un segment unimembre suivi d’un trimembre dont les trois membres sont parallèles, avec élargissement final, il commence par « en vain » qui revenait deux fois en tête des seconds membres des segments précédents.

20La dernière partie comprend elle aussi deux morceaux. Dans le premier, le second segment qualifie les « fils » comme des armes dans la main de leur père. La métaphore est filée dans le deuxième morceau : le « carquois » est le réceptacle des « flèches » et « l’homme » (geber) renvoie à « héros », qui est de même racine (gibbôr). Les flèches sont destinées à neutraliser « les ennemis » de la famille formée par le père et ses fils, quand ils s’affrontent à « la porte » de la ville, où se tiennent litiges et procès.

  • 12  Le même jeu de mot existe en français où « maison » peut désigner ou l’habitation d’une famille, o (...)

21Le terme « fils » (bēn, pluriel bānîm ; 3-4) au début de la dernière partie, est de même racine que « bâtir » (banah) et même que « maison » (bayit) au début de la partie symétrique (1bc)12. La bénédiction du deuxième morceau de la dernière partie (5) s’oppose à l’inutilité du deuxième morceau de la première partie (2a-d). Les parties extrêmes sont donc parallèles entre elles. On remarquera en outre que « la porte » à la fin de la dernière partie (5d) rappelle « la ville » à la fin du premier morceau de la première partie (1d).

22La partie centrale (2e) est quelque peu énigmatique. On comprend, sans trop de difficulté, que le sujet du verbe est « Yhwh », nommé deux fois dans le verset précédent, mais qui est « son bien-aimé » et surtout que lui donne le Seigneur ? C’est le verset suivant qui permet de comprendre que ce don est l’« héritage », la « récompense » d’une descendance. Ce don est accordé durant le « sommeil », non seulement pendant la nuit, mais surtout, semble-t-il, dans l’abandon de la nescience. Comme pour Adam que le Seigneur endormit pour que de son côté puisse être tirée son vis-à-vis.

23Le lecteur qui a en mémoire l’histoire de Salomon se souvient que le second fils que Bethsabée donna au roi David et qui devait être son successeur, fut appelé par le prophète Natân de la part du Seigneur lui-même, « Yedidyah », ce qui signifie « Bien-aimé de Yah » :

24 David consola Bethsabée, sa femme. Il alla vers elle et coucha avec elle. Elle conçut et mit au monde un fils auquel elle donna le nom de Salomon. Yhwh l’aima 25 et le fit savoir par le prophète Natân. Celui-ci le nomma Yedidya, suivant la parole de Yhwh (2S 12,24-25).

24La partie centrale (2e) peut être comprise de manière générale et appliquée à tout homme ; elle peut aussi être interprétée à la lumière du titre du psaume comme désignant Salomon auquel est promise de la part de Dieu une descendance qui sera en mesure de défendre sa « ville », c’est-à-dire son pays, contre ses ennemis.

25Après cette analyse du psaume central de la collection, il est temps d’examiner ses rapports avec les psaumes centraux des deux septénaires qui l’encadrent.

5. Les trois centres (Ps 123 ; 127 ; 131)

26On a déjà noté la double occurrence de « comme » en Ps 123,2ab et en Ps 131,2b qui introduit les termes de « serviteurs » et « servante » et de « un enfant ». Or « comme » se retrouve, accompagné de « les fils », dans le psaume central (Ps 127,4) ; de même que « un enfant » est répété dans le troisième psaume (131,2b), « fils » est répété dans le psaume central (127,3.4), ce qui correspond au couple « serviteurs » – « servante » dans le premier (123,2ab). Le thème de la filiation traverse donc les trois psaumes centraux. C’est « vers » le Seigneur que le psalmiste se tourne pour implorer son secours contre les « orgueilleux » qui l’assiègent (Ps 123), c’est de lui seul qu’il attend le don d’une postérité, de fils sur l’aide desquels il pourra compter face à leurs ennemis (Ps 127), c’est en lui seul qu’Israël pourra « espérer » avec l’humilité, la confiance et l’abandon du petit enfant.

6. À la poursuite du thème de la filiation

27Si le thème de la filiation, et de la filiation divine, marque si fortement à la fois le centre de l’ensemble du recueil et ceux de chacun des deux septénaires qui l’encadrent, il devrait logiquement affleurer ailleurs aussi.

Psaume 120

28Le premier psaume des montées est de construction concentrique, organisé, comme il arrive souvent, autour d’une question, la seule du psaume, avec sa réponse :

29Il se trouve que reparaissent, en plein centre, le verbe « donner » sur lequel était focalisé le psaume « de Salomon » (127,2) ; « les flèches », son complément, suit le verbe, comme dans le psaume « de Salomon » (127,4). Ce que recevront les ennemis du psalmiste, ce sont les flèches que lui décochera celui qui leur livrera bataille, flèches que le Seigneur lui-même lui aura fournies.

30Il n’est pas dit dès le début du recueil quel type de flèches le psalmiste recevra dans son carquois ; il faudra attendre le centre pour apprendre que ce sont ses fils, héritage du Seigneur. Le terrain était préparé dès le début, par une image forte.

31Après un certain temps, il m’apparaît que le terme que j’avais d’abord traduit par « batailleur » au centre du psaume (4), est gibbôr, le même que celui de Ps 137,4a : « Comme flèches dans la main d’un héros, ainsi les fils de la jeunesse ». Confirmation a posteriori du rapport étroit qui lie le premier psaume du recueil au psaume central. Il faut donc corriger la traduction, pour ne pas masquer la reprise.

Psaume 121

32Et voici le psaume suivant :

33Les trois occurrences de « gardien » et les trois du verbe « garder » annoncent les deux mêmes termes en Ps 127,1 : « Si Yhwh ne garde la ville, en vain veille le gardien ». Si des fils sont donnés au bien-aimé pendant qu’il dort au centre du psaume « de Salomon », le « gardien d’Israël », lui, « ne dort ni ne sommeille » (Ps 121,3-4).

34Ce second psaume commence de la même manière que le psaume central du premier septénaire :

35Il s’achève comme le psaume central du second septénaire :

Psaume 128

36Du début du premier septénaire, transportons-nous au début du second :

37Le psaume comprend deux parties parallèles entre elles. Les premiers morceaux de chaque partie sont à la troisième personne, tandis que les seconds sont à la deuxième personne.

38Le bonheur et la bénédiction de ceux qui « craignent le Seigneur » (1bc.4ab) se réalisent d’abord dans la vie familiale (2-3) puis dans la vie sociale de la capitale et de tout le pays (5-6). La première partie s’achève avec « les fils », la seconde prolonge la descendance avec « les fils de tes fils ». Comme dans les trois psaumes centraux, c’est encore la filiation qui est présentée comme « l’héritage » et « la récompense » (Ps 127,3), la « bénédiction » accordée par le Seigneur à ceux qui le craignent.

39La première partie met en parallèle deux comparaisons, introduites par « comme », à l’instar de ce qui avait été noté déjà dans les trois psaumes centraux. Et l’on retrouve la « maison » (3b) comme dans le psaume « de Salomon », ainsi que la ville, ici nommée d’abord « Sion », puis « Jérusalem ».

Psaume 132

40Poursuivons, avec le psaume qui suit le centre du deuxième septénaire, qui se trouve donc en position symétrique de celui que l’on vient de lire :

41Au serment prêté par David de bâtir une maison pour le Seigneur (1-10), répond en parallèle celui du Seigneur (11-18) qui jure de lui donner un fils et successeur (11b), et même une maison, une descendance « à tout jamais » (12).

42Mise en vers de l’oracle de Natân rapporté au chapitre sept du deuxième livre de Samuel, ce psaume 132, le plus long du recueil des psaumes des montées, est en relation directe avec le psaume central « de Salomon ». C’est en effet par Salomon, « fils » de David, « fruit de son ventre » (127,3 ; 132,11b) que le Seigneur assurera la lignée davidique.

7. La composition du premier septénaire (Ps 120–126)

43Après une sorte de détour thématique, sur la filiation, il est temps de revenir à la composition du recueil. Les rapports entre les psaumes centraux des deux septénaires ont été établis, ainsi que leur relation avec le psaume central de tout le recueil. Mais cela ne suffit pas à établir la cohérence des deux septénaires.

44Le premier septénaire comprend sept psaumes, sept unités littéraires qui sont de la taille d’un « passage ». Ce septénaire sera donc considéré comme une « séquence » formée de sept passages. J’ai déjà formulé plus haut l’hypothèse que le Ps 123 constitue le centre de la composition. À partir de là, il n’est pas déraisonnable de penser que les trois premiers psaumes (120-122) forment une sous-séquence ; et de même les trois derniers (124-126). En outre, ces deux sous-séquences « devraient » se correspondre en quelque façon, de chaque côté du centre.

La première sous-séquence (Ps 120–122)

  • 13  Selon Gn 10,2 Meshek est le fils de Japhet ; ses descendants demeuraient entre la mer Caspienne et (...)

45Le mouvement du texte porte le psalmiste des pays de la déportation et de la dispersion,
– de « Méshek » au Nord d’Israël et « Qédar » au Sud13 (120,5), jusqu’à « Jérusalem » (122,2.3.6),
– des « tentes » de Qédar (120,5) à « la maison » du Seigneur (122,1b), dans les « palais » (7) de la « ville » (3) de Jérusalem à l’intérieur de ses « portes » (2), de ses « murs » (7).

46Les deux occurrences de « paix » en Ps 120,6-7 et les trois en Ps 122,6.7.8 remplissent la fonction de termes finaux. Le psalmiste passera de régions où les habitants « haïssent la paix » (120,6) alors qu’il veut « parler de paix » (120,7), à la ville dont le nom, Yerû-shālaim résonne traditionnellement avec celui de la « paix », shālôm.

47Entre le point de départ et le point d’arrivée se trouve naturellement le temps du voyage. C’est de cela que traite le psaume central :
– Celui-ci se rattache au précédent d’abord par la reprise de la préposition « vers » (120,1b ; 121,1b) dont les deux occurrences jouent le rôle de termes initiaux. Quant aux deux occurrences de « âme » (120,6 ; 121,7) elles remplissent la fonction de termes finaux.
– Il se rattache au psaume suivant par la reprise du mot « pieds » (121,3 ; 122,2) : après avoir longtemps marché, « de jour » et « de nuit » (121,6), les pieds des pèlerins finissent par « s’arrêter » dans les portes de Jérusalem (122,2). On remarquera aussi la reprise de « Israël » (121,4 ; 122,4b).

La dernière sous-séquence (Ps 124–126)

48Les noms d’« Israël » et de « Sion » forment système : ils se trouvent en termes initiaux des psaumes extrêmes (124,1b ; 126,1b), et, dans l’ordre inverse, aux extrémités du psaume central (125,1b.5b). Au début, « Israël » est opposé aux « hommes » (littéralement : adam), à la fin « Sion » est opposé à « les païens » (gôyyîm).

49Le premier psaume décrit la situation d’Israël en butte à la violence des fils d’Adam (124,1-5) dont le Seigneur les sauve en les arrachant à « leurs dents » et les faisant s’échapper du filet des prédateurs (6-8). Le dernier psaume montre les déportés (du premier psaume) à leur retour à Sion ; alors « les païens » passent de la violence à l’admiration pour ce que le Seigneur a fait pour Israël (2b). Alors que la violence déferlait sur les déportés comme « un fleuve » pour les engloutir (124,4), les vagues des rescapés sont comparées aux « torrents » qui irriguent le désert du Néguev au sud d’Israël (126,4), pour des récoltes qui succèdent aux semailles douloureuses.

50Dans le psaume central n’a été signalée jusqu’à présent que l’inclusion formée par « Sion » et « Israël ». Bien que « hommes » (124,2) ou « païens » (127,2b) n’y soient pas repris, il se trouve cependant que la partie centrale (3) oppose « les justes » à « l’impie », celui qui entraîne au « crime ». On comprendra donc que l’impie dont il est question est l’ennemi d’Israël dont parlait le psaume précédent. Les justes qui mettent leur confiance dans le Seigneur ne seront pas soumis au pouvoir de « l’impie » qui voudrait poser son sceptre, imposer son pouvoir sur « le lot » des justes, leur part d’héritage, c’est-à-dire sur la terre d’Israël, et donc l’entraîner au mal.

51Ainsi, tandis que le premier psaume célèbre la libération des déportés et le dernier leur retour à Sion, le psaume central invoque la « paix sur Israël », toujours en danger d’être envahi et soumis aux païens impies.

Les rapports entre les deux sous-séquences (Ps 120–122 et 124–126)

52Les deux sous-séquences se correspondent de manière parallèle. En effet, les premiers psaumes (120.124) décrivent l’angoisse de qui vit parmi les païens, en proie aux « lèvres » fausses, à « la langue » perfide (120,2), aux « dents » de qui veut les « avaler » (124,3.6). Mais le Seigneur est intervenu, répondant au « cri » de la prière (120,1) et accordant son « secours » (124,6-8). On pourra noter la double occurrence de « mon âme » en 120,2.6 qui revient trois fois en Ps 124,4.5.7 (ce terme ne revient qu’en 121,7).

53Les troisièmes psaumes (122.126) célèbrent la « joie » (122,1 ; 126,3) de l’arrivée à « Jérusalem » (122,2.3.6), du retour à « Sion » (126,1).

54Dans les psaumes centraux (121.125) les occurrences de « monts » (121,1 ; 125,1.2) remplissent la fonction de termes initiaux (ce terme ne se retrouve pas ailleurs). « Dès maintenant et pour toujours » est repris en 121,8 et en 125,2 et pas ailleurs. On pourra noter aussi les deux occurrences de « Israël » (121,4 ; 125,5) et de « main(s) » (121,5 ; 125,3), ainsi que de « chanceler » (121,3 ; 125,1). Bien que la situation de ces deux psaumes soit différente, le thème de la confiance en Dieu s’y retrouve ainsi que celui de la solidité de son secours.

55On remarquera aussi que :
– le nom d’« Israël » revient dans chaque psaume (121,4 ; 122,4 ; 124,1 ; 125,5) sauf dans les psaumes extrêmes ;
– « paix » qui se trouve à la fin des psaumes extrêmes du premier versant (120.122) se retrouve à la fin du psaume central du second versant (131) ;
– le dernier psaume du premier versant est « de David » et de même le premier psaume du deuxième versant, jouant le rôle de termes médians à distance ;
– « sac » à la fin du dernier psaume (126,6) fait écho à « Méshek » à la fin du premier psaume (120,5) : en effet, en hébreu c’est exactement le même mot (mešek) ;
– le psaume central (Ps 123) est le seul qui soit une prière ;
– surtout, les psaumes du premier versant sont à la première personne du singulier, tandis que ceux du deuxième versant sont à la première personne du pluriel ;
– et enfin le Ps 123, au centre du septénaire (voir supra, § 3. Les centres des deux septénaires), commence en « je » et finit en « nous », assurant ainsi le passage du premier versant au second.

L’ensemble du premier septénaire

8. La composition de l’autre septénaire (Ps 128–134)

56Ayant étudié la composition du premier septénaire, et ayant découvert que les trois psaumes de chaque versant se correspondent en parallèle, la curiosité pousse naturellement à aller voir s’il ne pourrait pas en être de même pour l’autre septénaire.

Les deux sous-séquences (Ps 128–130 et 132–134)

57Le psaume 132 est beaucoup plus développé que les autres. Cependant, l’équilibre des masses est respecté entre les deux versants du septénaire, car les deux derniers psaumes sont très courts.

58Dans les premiers psaumes (128 ; 132) reviennent « tes fils » (128,3 ; 132,12) et « aussi leurs fils » de 132,12 correspond à « les fils de tes fils » de 128,6. Noter aussi la reprise de « maison » (128,3 ; 132,3 à quoi font écho les synonymes, « lieu » en 5, « séjour » en 5 et 7, « repos » en 8 et 14), même s’il s’agit de la maison de l’homme dans le Ps 128 et de celle de Dieu dans le Ps 132. « Sion » revient en 128,5 et 132,13, et « bénir/bénédiction » en 128,4.5 et 132,15. On peut aussi remarquer le thème de la nourriture en 128,2 et en 132,15.

59Les seconds psaumes n’ont guère de vocabulaire commun, à part « Sion » (129,5 ; 133,3) et « bénédiction/bénir » en finale (129,8 ; 133,3). On pourra noter aussi la reprise de « comme » (129,6 ; 133,2.3). Par ailleurs, l’opposition est forte entre les « impies » qui « haïssent Sion » (129,4-5) et persécutent le psalmiste (129,1-3), et les « frères » (133,1) avec lesquels il est si doux d’habiter. Les comparaisons s’opposent évidemment elles aussi.

60Quant aux rapports entre les troisièmes psaumes (130 et 134), ils n’apparaissent pas au premier regard, encore moins que ceux qui lient les deux psaumes précédents. Seul des six psaumes, le Ps 130 ne contient aucune mention de la « bénédiction » et ne cite pas le nom de « Sion ». Toutefois, un même verbe est repris, qui peut difficilement être traduit de la même façon, mais qui, faute de mieux, a été rendu par « tenir-debout » en 130,3 et par « debout » en 134,1. Le sens de ce verbe ne pose pas de problème particulier dans le Ps 130 ; en revanche, que signifie-t-il précisément dans le contexte du Ps 134. Que veut dire « être debout dans la maison du Seigneur durant les nuits » ? « Se tenir debout » s’oppose à « être assis » ou « être couché ». Ceux qui « restent debout durant les nuits » sont donc semblables à ceux qui « veillent vers l’aurore » (130,6 ; la version œcuménique, texte liturgique, traduit : « qui veillez »).

61Comme ceux des deux versants du premier septénaire, les psaumes des deux versants du second septénaire se correspondent en parallèle. L’hypothèse est donc vérifiée.

62On pourra penser que j’ai mis la charrue avant les bœufs. Dans nos Exercices d’analyse rhétorique biblique14, nous avons dit que, durant l’analyse, il fallait alterner deux mouvements : « partir du bas » et « partir d’en haut ». « Partir du bas », c’est-à-dire des unités minimales, les « membres », que l’on regroupe ensuite en « segments », ces derniers en « morceaux », puis les morceaux en « parties », qui composent enfin un « passage » (revoir la définition de chaque niveau dans la Terminologie sur le site de la RBS15 ). Mais il est un autre mouvement qu’il est bon d’adopter aussi : « partir d’en haut », c’est-à-dire de l’ensemble du texte qu’on veut analyser pour en discerner les divisions, aux différents niveaux, mais en partant des niveaux supérieurs : la « section » (et au besoin la « sous-section »), les « séquences » (et éventuellement les sous-séquences) dont sont formées les sections, et enfin les « passages » qui composent les séquences.

63 Pour ce qui est des psaumes des montées, le livre fournit lui-même le découpage en « passages », à savoir les quinze psaumes du recueil. Il était donc légitime d’aller directement à la séquence que forme, par hypothèse, le second septénaire. Cela dit, il est temps de « revenir en arrière », pour étudier la cohérence de chacune des deux sous-séquences qui encadrent le passage central (127).

La première sous-séquence (Ps 128–130)

64Alors que le premier psaume a une tonalité très positive, les deux autres évoquent une situation de malheur : due aux « impies », ennemis d’Israël dans l’un (129,4), et dans l’autre due aux « fautes » dans lesquelles le psalmiste et son peuple sont enfoncés (Ps 130,3.8) ; il s’agit donc des ennemis de l’extérieur d’abord, puis de l’intérieur. En outre, alors que dans le premier psaume le psalmiste parle de qui craint Dieu et s’adresse à lui ; dans les deux autres, au contraire, il parle de lui-même, d’abord pour se plaindre de ses persécuteurs (129), puis pour invoquer le secours du Seigneur (130). Les trois psaumes sont donc organisés sur le schème ABB’.

65Il faut cependant noter les liens entre les deux premiers psaumes. Des comparaisons, introduites par « comme », font référence à des végétaux, mais qui sont opposés du tout au tout : « vigne fructueuse » et « plants d’oliviers » d’un côté (128,3), « herbe des toits », « sèche » « avant qu’on l’arrache » de l’autre (129,6-7). La « bénédiction » est assurée à « l’homme qui craint le Seigneur » (128,4-5), refusée au contraire à « ceux qui haïssent Sion » (129,8).

66Les trois psaumes commencent au singulier (« il » et « tu » en 128,1-6a ; « moi » en 129,1-4 ; « je » en 130,1-6), mais finissent en élargissant à « Israël »/ « Sion » (128,6 ; 129,5-8 ; 130,6b-8). « Sion » n’est mentionnée que dans les deux premiers psaumes (128,5 ; 129,5) ; dans le troisième, comme pour compenser l’absence du nom de « Sion », celui d’« Israël » revient deux fois (130,7.8). Il est possible de considérer que les trois occurrences de « craindre » jouent le rôle de termes extrêmes (128,1.4 ; 130,4).

67Tandis que dans les deux premiers psaumes le nom de « Yhwh » revient peu souvent et jamais comme vocatif (128,1b.4.5a ; 129,4.8a.8b), dans le dernier les noms divins (« Yhwh », « Yah », « Seigneur ») sont cités huit fois, dont la moi­tié comme vocatifs (130,1b.2a.3a.3b.5.6a.7a.7b).

La dernière sous-séquence (Ps 132–134)

68Les trois psaumes sont organisés selon le schème ABB’. En effet, alors que le premier est très long, les deux autres sont fort courts. Le premier est une prière adressée par le psalmiste en faveur de David qui rappelle les deux jurements de David (132,2-10) et de Dieu (11-18). Les psaumes suivants, qui commencent tous deux par « voici », ne sont pas adressés à Dieu : l’un est une exclamation regardant tous les « frères », l’autre une invitation adressée aux officiants du culte. La « bénédiction » ordonnée par Yhwh à la fin de l’avant-dernier psaume (133,3b) est actualisée ensuite dans sa double dimension : ce sont d’abord les hommes qui bénissent le Seigneur (134,1.2), puis, en finale, le Seigneur qui répond par sa propre bénédiction (3).

69Les trois psaumes ont en commun un certain nombre de points :

  • chacun s’achève par la bénédiction (132,15 ; 133,3b ; 134,1.2.3) ;

  • le nom de « Sion » revient, toujours vers la fin (132,13 ; 133,3, 134,3) ;

  • les « prêtres » sont nommés deux fois en position symétrique dans le premier psaume (132,9.16), à quoi correspondent dans le second le nom d’« Aaron » (133,2b) et « serviteurs de Yhwh » dans le troisième (134,1b).

70Voici les rapports entre les psaumes extrêmes :

  • le dernier psaume reprend le terme « maison » (134,1), déjà présent au début du Ps 132 (3), suivi par toute une série de synonymes : « lieu » (5 ; terme traditionnel qui, avec l’article, « le lieu », désigne le temple), « séjour » (5.7), « repos » (8.14) et enfin « habitation » (13 ; repris par le verbe en 14). Ce dernier verbe est repris dans le psaume suivant (133,1). Dans le dernier psaume, « maison » est suivi de « sanctuaire » (134,2).

  • « debout [...] dans les nuits » du dernier psaume (134,1) rappelle le verset 4 du premier psaume ; c’est le même thème de la veille qui affleure aux deux endroits, de la part du roi d’abord, de ceux qui sont chargés du culte à la fin.

71Et les rapports entre les deux premiers psaumes :

  • le nom du roi « David », cité quatre fois dans le premier psaume – en termes extrêmes (132,1.10 ; 11.17) et en termes médians (10.11) – revient dans le titre du psaume suivant (133,1) ;

  • le Seigneur assure la dynastie de David « à tout jamais » (132,12) et à tous il promet « la vie jusqu’à toujours » (133,3). La finale du dernier psaume, de manière complémentaire se réfère à l’origine, quand le Seigneur « a fait cieux et terre » (134,3).

L’ensemble du deuxième septénaire (Ps 128–134)

72Les rapports entre les deux sous-séquences ont déjà été étudiés (voir supra §. 57). Reste à noter les rapports entre le passage central et les deux sous-séquences qui l’encadrent.

73Le psaume central reprend en finale (131,3) un membre entier du psaume précédent (130,7) : « Espère, Israël, en Yhwh ».

74Le nom d’« Israël » (131,3) était déjà mentionné dans chacun des psaumes du premier versant (128,6 ; 129,1 ; 130,7.8), mais ne reparaîtra pas dans le deuxième versant.

75On pourra noter que les deux occurrences de « mon âme » (131,2) rappellent celles du psaume précédent (130,5.6) et que « mes yeux » (131,1) sera repris dans le psaume suivant (132,4).

76Les deux « comme » (131,2) renvoient à ceux du premier psaume (128,3), à celui du deuxième psaume (129,6) et aux deux de l’avant-dernier (133,2.3).

77« Dès maintenant et pour toujours » (131,3) rappelle « tous les jours de ta vie » du premier psaume (128,5) et dans le second versant les deux « à tout jamais » de Ps 132,12.14 et « la vie jusqu’à toujours » de Ps 133,3. Rappelons que ces promesses pour le futur, débouchent, en finale du septénaire, sur le rappel de la création (134,3).

78Le psaume central est au singulier, comme les trois psaumes du premier versant ; comme eux, il s’achève avec un élargissement à « Israël » (131,3). Il est lié au deuxième versant car c’est une prière, adressée à « Yhwh », non seulement comme le psaume précédent (130), mais aussi comme le suivant (132).

79Le thème de la filiation avait déjà été repéré dans les trois psaumes centraux de l’ensemble des psaumes des montées (123 ; 127 ; 131 ; voir plus haut) et il avait ensuite été poursuivi dans le reste du recueil, depuis les deux premiers psaumes (120–121) et jusque dans les Ps 128 et 132. La filiation peut se lire aussi dans le Ps 133 : en effet, si les membres d’Israël sont appelés « frères », cela suppose qu’ils sont fils du même père. Or à la fin du psaume précédent, c’est le Seigneur qui se présente lui-même comme celui qui nourrit (132,15) et qui habille (132,16), c’est-à-dire comme père.

80Dans le premier psaume (128) celui auquel s’adresse le psalmiste est présenté comme époux et surtout père. Dans le psaume symétrique celui pour lequel il prie, David (132,1), est lui aussi vu comme père (132,11-12). Dans l’avant-dernier psaume (133) il est compté parmi les frères, donc indirectement comme fils du même père. Mais c’est surtout dans le psaume central qu’il se voit en tant que fils, « comme un enfant contre sa mère » (131,2).

9. La composition de l’ensemble de la collection

Les rapports entre les deux septénaires

81Si la composition en deux septénaires autour d’un psaume unique est juste, les deux septénaires devraient être en rapport entre eux. On a déjà vu que les psaumes centraux sont en relation étroite (123.131). Reste à savoir si et comment les autres psaumes se correspondent : en parallèle (120–123 avec 128–130 d’une part ; 124–126 avec 132–134 d’autre part) ou de manière spéculaire (120–123 avec 132–134 d’une part ; 124–126 avec 128–130 d’autre part).

82Une première enquête sur les relations éventuelles entre les trois premiers psaumes de chaque septénaire ayant été décevante, il fallait essayer l’hypothèse d’une construction concentrique. Il s’est avéré peu à peu que les trios extrêmes ont un certain nombre de choses en commun :
– tout d’abord, et essentiellement, le vocabulaire qu’on pourra appeler de l’habitation. « Maison » se retrouve trois fois dans le Ps 122, deux fois « la mai­son du Seigneur » (1.9) et une fois « la maison de David » (5), une fois dans le Ps 132 (3, avec tous ses synonymes, comme on l’a déjà vu), une fois enfin dans le Ps 134 (1c, couplé avec « sanctuaire » en 2). Mais ce n’est pas tout : un certain nombre de verbes appartiennent au même champ sémantique. Et c’est alors qu’il a fallu corriger la traduction : « séjourner » (škn) au lieu de « demeu­rer » en 120,5 et de « habiter » en 120,6 (comme « séjour » en 132,5.7), « résider » (yšb ; 122,5a) au lieu de « siéger » en 132,12b, de « habiter » en 132,14 (« habiter », gwr, est déjà pris en 120,5b), en 133,1, à quoi il faut ajouter « résidence » au lieu d’« habitation » en 132,13.
– Le nom de « David » (quatre fois en Ps 132,1.10.11.17) était apparu une première fois en Ps 122,5.
– À « dès maintenant et à jamais » de 121,8, font écho « à tout jamais » (132,12b.14) et « jusqu’à toujours » (133,3b).
– « Qui a fait cieux et terre » revient en 121,2 et en 134,3 (il a fallu harmoniser la traduction qui disait « les cieux et la terre » la première fois, et « ciel et terre » la deuxième).
– On pourra ajouter que « garder »/« gardien » qui sature le Ps 121 (3.4.5.7a.7b. 8) est repris une fois en 132,12.
– Et je découvre soudain que le terme que j’avais traduit par « sièges » en 122,5 et par « trône » en 132,11b.12b est le même kissē’ en hébreu ! Ce qui est une ultérieure confirmation des relations qui existent entre les Ps 122 et 132.

83Il faut maintenant aller voir si les trois psaumes qui précèdent le centre du recueil et les trois qui suivent (124–126 et 128–130) se correspondent.

84Les Ps 124 et 129 ont un certain nombre de points en commun :

  • leurs premiers segments répètent le premier membre : « Sans le Seigneur qui était pour nous » (124,1-2), « Tant ils m’ont traqué dès ma jeunesse » (129,1-2) ;

  • leurs premiers segments s’achèvent avec « le dise Israël ! » (124,1 ; 129,1), remplissant la fonction de termes initiaux ;

  • « le nom du Seigneur » revient en termes finaux (124,8 ; 129,8b) ;

  • « comme » revient en 124,7 et en 129,6 ;

  • l’image du « filet » qui « s’est rompu » en Ps 124,7 n’est pas sans rapport avec celle des « liens » que le Seigneur « a brisés » en Ps 129,4.

85Les Ps 125 et 128 ont eux aussi bien des points en commun :

  • « Paix sur Israël » joue le rôle de termes finaux (125,5b ; 128,6 ; « paix » ne revient pas ailleurs) ;

  • on peut considérer que les participes synonymes « se fiant » et « craignant », remplissent la fonction de termes initiaux, d’autant plus qu’ils ont le même complément, « le Seigneur » (125,1 ; 128,1) ;

  • « Jérusalem » revient en 125,2 et en 128,5 (et pas ailleurs dans les six psaumes) ;

  • « autour » revient en 125,2a.2b et en 128,3b (on modifie la traduction : « autour » au lieu de « à l’entour ») ;

  • « comme » de 125,1 sera repris deux fois en 128,3a.3b ; « mains » revient en 125,3b et en 128,2 ;

  • « fais-du-bon » et « bon » (ṭôb) de 125,4 auront leur correspondant avec les deux occurrences de « bonheur » (ṭôb) en 128,2.5.

86Étant donné les rapports étroits entre les couples de psaumes examinés jusqu’ici, les deux psaumes restants devraient être eux aussi en relation. Or il se trouve qu’ils n’ont aucun vocabulaire commun, à part « Seigneur ». Ils paraissent même s’opposer, avec « rire », joie et « jubilation » d’un côté (126,2.3.5.6b) et au contraire cri qui vient des profondeurs et implore le pardon de l’autre. Cependant on pourra remarquer que si la première moitié du Ps 126 exprime la joie du retour de l’exil, la seconde implore le Seigneur de ramener les déportés qui ne sont pas encore rentrés et sont encore dans « les larmes » ; de manière symétrique en quelque sorte, si l’orant du Ps 130 commence par appeler au secours, il en vient ensuite à dire sa confiance, son espérance dans le rachat, qui n’est pas seulement le sien propre mais celui d’« Israël » (130,7a.8). Il s’agit donc bien de la prière et de l’attente de tout le peuple dans les deux psaumes.

87Ajoutons que les termes spécifiques des trois premiers et des trois derniers psaumes (120–122 ; 132–134), ceux du champ sémantique de la maison, sont pratiquement absents des six psaumes qui encadrent le psaume central (124–126 ; 128–130). La conclusion s’impose que la composition du recueil est concentrique.

La fonction du centre de la collection

88On a déjà vu que le psaume central du recueil et les psaumes centraux des deux septénaires (123 ; 127 ; 131) sont en rapports étroits (voir point 5). Ensuite le thème de la filiation, si prégnant dans les trois psaumes, a été poursuivi ailleurs (voir point 6) : dans les deux premiers psaumes du premier septénaire (Ps 120 et 121) et dans les premiers psaumes de chacun des deux versants de l’autre septénaire (Ps 128 ; Ps 132).

89Il suffira de noter que le Ps 127 commence avec « la maison », thème qui marque puissamment les trois premiers et les trois derniers psaumes, qu’il continue avec celui de la garde, comme dans le Ps 121, que le thème du don des fils sera repris dans le Ps 132, que l’image des flèches était présente dès le premier psaume (120).

90On voit donc que le psaume central remplit la fonction de pivot qui articule l’ensemble de la collection.

91La recherche présentée ici l’a été de manière indépendante. Il est en effet de bonne méthode d’aborder les textes « à mains nues ». Après quoi – mais seulement après – il faut aller voir ce que d’autres ont fait. Mais cela est une autre histoire.

  • 16 R. Meynet, Les Psaumes des montées, Leuven, Peeters, coll. Rhetorica biblica e Semitica 9, 2017.

92Post-scriptum. – En fait l’histoire continue : elle débouchera, si Dieu veut, sur un commentaire des Psaumes des montées qui devrait être publié en 201716.

Haut de page

Notes

1  Seul le deuxième présente une légère variante : « psaumes pour les montées ».

2  Que plusieurs préfèrent interpréter et donc traduire par « pour David » et « pour Salomon ».

3  Voir par ex. la bibliographie de J.-L. Vesco, Le Psautier de David, traduit et commenté, Paris, Le Cerf (Lectio Divina 210-211), 2006, p. 1167.

4  Dans le Traité de rhétorique biblique (R. Meynet, Pendé, Gabalda, coll. Rhétorique Sémitique 11, 2013, abrégé désormais en Traité, p 76-77), j’ai rapporté l’analyse du Ps 128 par Thomas Boys, dans A Key to the Book of the Psalms, Londres, L. B. Seeley & Sons, 1825, p. 64-65 ; voir aussi mon analyse du Ps 126, p. 231 ; ces deux psaumes sont de composition parallèle.

5  Voir Traité, op. cit., p. 256-265 (statistiques sur les livres d’Amos et de Luc, p. 266-268).

6  Ibid., chap. 8 « Le centre des compositions concentriques », p. 417-469.

7 www.hebrascriptur.com/PsMont/Fmontees.html (dernier accès: 28.10.2014).

8  Voir Traité, op. cit., p. 71, 81, 278, 281.

9 Voir ibid., p. 280, 371, 544 (pour le Notre Père), 362 (pour les béatitudes), 193-195 pour le chandelier à sept branches.

10  Pour Ex 25,31-36, voir R. Meynet, Quelle est donc cette Parole ? Lecture « rhétorique » de l’évangile de Luc (1–9 et 22–24), Paris, Le Cerf (Lectio Divina 99 A.B), 1979, p. 135-137 ; id., « Au cœur du texte ; analyse rhétorique de l’aveugle de Jéricho selon saint Luc », Nouvelle Revue Théologique 103 (1981), p. 697.

11  Voir Traité, op. cit., p. 269-278.

12  Le même jeu de mot existe en français où « maison » peut désigner ou l’habitation d’une famille, ou la famille dans le sens de dynastie, par exemple, « la maison de Savoie ».

13  Selon Gn 10,2 Meshek est le fils de Japhet ; ses descendants demeuraient entre la mer Caspienne et la mer Noire. Selon Gn 25,13, Qédar est le second fils d’Ismaël, dont les tribus circulaient dans le désert au sud-est d’Israël.

14 URL : http://www.retoricabiblicaesemitica.org/RhSem_12_fr.html.

15 URL : http://www.retoricabiblicaesemitica.org/arb_terminologia_fr.html.

16 R. Meynet, Les Psaumes des montées, Leuven, Peeters, coll. Rhetorica biblica e Semitica 9, 2017.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
URL http://rhetorique.revues.org/docannexe/image/507/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland Meynet, « Les psaumes des montées (Ps 120–134) forment-ils un ensemble structuré ? Récit d’une recherche et d’une... découverte », Exercices de rhétorique [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 25 janvier 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rhetorique.revues.org/507

Haut de page

Auteur

Roland Meynet

Professeur émérite de théologie biblique à la Faculté de théologie de l’Université Grégorienne de Rome, membre fondateur et Secrétaire de la RBS

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Exercices de rhétorique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo RARE
  • Les cahiers de Revues.org