Navigation – Plan du site
DOCUMENT. Hélisenne de Crenne. Les quatre premiers livres des Eneydes (1541)

La Translation du quatrième Livre des Énéides de Virgile

Hélisenne de Crenne

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Reformulation (grec phrasis, traduit par elocutio en latin). Au titre courant de chaque verso, donc (...)
  • 2 Très invincible.


LES QUATRE PRE-
miers livres des Énéides du
très élégant poète Virgile, Tra-
duits de Latin en prose Fran-
çaise, par madame Hélisenne,
À LA TRADUCTION DESQUELS Y A PLURA-
LITÉ DE PROPOS, QUI PAR MANIÈRE DE PHRASE1 Y
sont ajoutés : ce que beaucoup sert à l’élucidation et
décoration desdits Livres, dirigés au très illu-
stre et très auguste Prince François pre-
mier de ce nom invictissime2 Roi
de France.

De Crenne.

Avec Privilège.

On les vend à Paris, en la Rue neuve notre Dame à l’ensei-
gne saint Jean Baptiste, près sainte
GENEVIÈVE des Ardents, par
Denys Janot.

Chapitre I. [Aen. IV, 1-5] : Comme Didon écoutant cette accommodée narration, souffrait pour amour vénérique une peine intolérable, et quand l’heure tardive la stimula, en sa chambre ornée se retirer, ne fut en sa faculté de repos prendre, parce que trop était occupée à méditer et penser.

  • 3 Flèche en or.
  • 4 Triste, pénible, douloureuse.
  • 5 Inconsidérée (non réfléchie), d’où violente, furieuse.
  • 6 Souci (en particulier, « souci, mal amoureux » : Aen. IV, 1 et 5, cura).
  • 7 Cachée ― « blessure mortelle cachée ».
  • 8 Joie, bonheur.
  • 9 Se retirèrent
  • 10 Malheureuse.
  • 11 Placée.
  • 12 Procurer.

1[Fueil. lxxviii r°]
En semblables devises la magnanime
reine, déjà de long temps par l’aurée sagette3 de Cupido en
son délicieux cœur blessée, avec griève4 et précipiteuse5 cure6
nourrissait en ses veines vulnération mortifère latitée7 sous
dissimulées anxiétés : et fut tellement éprise de feu couvert
et chaleur véhémente, que toutes autres cures et sollicitudes furent d’elle
déposées : seulement son occupation mentale, était à plusieurs fois recenser
la vertu et modestie de cestuy homme, aussi méditait de ses gens
l’honneur, grâce et contenance, qui en tous cas de louange digne se démontrait :
elle avait certes imprimé en sa poitrine amoureuse l’excellente
beauté et douceur de leurs faces, avec leurs éloquentes paroles et
délectables devises. Et à bref parler toutes ces choses étaient en elle si vivement
insérées, qu’en sa faculté n’eût été de les pouvoir extirper. Que
vous exprimerai-je plus ? sinon qu’après plusieurs propositions entre eux
narrées, la tardive heure nocturne les stimula à eux disposer de prendre
repos : par quoi avec grande hilarité8 et contentement se séquestrèrent9 :
mais l’infélice10 reine étant du venin de Vénus trop cruellement atteinte,
ne put trouver en ses chambres ornées lieu de repos, et combien
que sa délicate personne fut en lieu somptueux et magnifique suavement
colloquée11, si n’était-il possible au sommeil, aucunement ses yeux
occuper : car la trop véhémente sollicitude lui propinait12 assidue émission
de soupirs et fréquente commotion des esprits principaux, qui étaient

[Fueil. lxxviii v°]

cause d’expulser de ses membres la paix et tranquillité, et en cette mentale
passion les nocturnes ténèbres se terminèrent.

Chapitre II. [Aen. IV, 6-30] : Didon persistant en l’amoureuse flamme devise avec sa sœur Anne, extollant13 merveilleusement la modestie et discrétion d’Énée, lequel elle déclare être celui seul qui a rendu sa chaste pensée vacillante : Toutefois le tout bien recogité, elle conclut sa viduité14 observer.

  • 13 Louant, portant aux nues.
  • 14 Condition de veuve.
  • 15 Commencement.
  • 16 Crainte.
  • 17 Prouve.
  • 18 Trompée, nuie.
  • 19 Faute.
  • 20 Esclave.
  • 21 Blanche.

2La belle Aurore commençait à apparaître,
et par sa clarté repoussait les ombres humides, quand
la princesse anxieuse et mal saine, donna principe15 au matinal
parler : et s’adressant à une sienne sœur à elle fort unanime et conforme,
les paroles qui s’ensuivent prononça : « Ô Anne très chère sœur, je ne
sais d’où me procèdent divers songes, qui en mon repos de la silencieuse
nuit se sont à mon sens imaginatif représentés, et m’ont fort rendue
timide et épouvantée, mettant ma pensée en extrême perplexité, méditant
assidûment quel est cet hôte en nos terres arrivé, en la personne
duquel tant de louables vertus résident : il est si prudent et discret en
tous cas et en modestie, et gracieux entretien tous autres excède, et si
le jugerait-on par conjecture rempli de magnanimité, force et puissance.
Certes je crois en considération des vertus préalléguées, que de la génération
des dieux a été produit : car c’est chose indubitable que timeur16,
travail et fatigue les courages dégénérés argue17. Las à quels extrêmes
périls et affaires ardues a-t-il été exposé ? Combien de furieuses et sanguinolentes
batailles, hier nous dit être par lui exterminées ? Las ce jour j'avais
ferme et délibéré propos de jamais pour nulle persuasion avec nouvel
époux m’associer (puisqu’ainsi était que la cruelle Atropos de mon amour
primitive m’avait déçue18) mais pour certain si bien n’eusse renouvelé
en ma mémoire être digne d’observance, la chasteté pudique du
mariage où je fus conjointe, facilement j’eusse pu succomber en quelque
détestable coulpe19. Et puisque tant convient que t’en exprime toutes
mes passions intérieures, à cette heure te confesserai, te déclarant fidèlement,
Ô douce sœur, qu’après le décès de mon mari Sychée : et que le
faux traître mon frère, stimulé d’invétérée avarice, eut en son sang cordial
la cruelle main maculée : Certes cet homme seul a eu puissance de
rendre mon cœur à lui flexible, et sont tous mes sens de telle sorte surpris,
soumis et asservis, que contrainte est ma volonté être à

[Fueil. lxxix r°]

perpétuité à la sienne serve20 et sujette. Vrai est que je sens encore la ferveur de
celle antique amoureuse flamme : Et par ce tout bien recogité, plus tôt
désirerais être en terre engloutie, ou bien que Dieu me fît fulminer, et
que sans merci en l’obscur et ténébreux royaume Plutonique fût transmigrée
ma dolente âme, que si grande turpitude m’advint, comme de consentir
ma pudique honnêteté violer. Celui premier à qui par lien matrimonial
conjointe fus a mes amours avec lui transportés, et veux
que sempiternellement en son sépulcre les conserve. » Après avoir ces
paroles prononcées, commença à lachrymer et pleurer, arrosant sa candide21
et claire poitrine de superfluité de larmes, Et à l’heure Anne telles
paroles lui dit :

Chapitre III. [Aen. IV, 31-53] : Anne répondant à Didon, allègue pluralité de propos : par lesquels elle l’instigue et exhorte qu’ainsi seule ne consume sa florissante jeunesse, concluant qu’elle se doit avec Énée par matrimoniale alliance associer.

  • 22 As expliqué de façon nette (Robert Estienne, Dictionarium latinogallicum, 1538, Google Livres, s. v (...)
  • 23 Affection.
  • 24 Procurera.
  • 25 Beauté.
  • 26 Douce comme le miel.
  • 27 Oubli.
  • 28 Vivants (litt. « voyageurs », dans une vision chrétienne où l’homme est « en voyage » dans ce bas m (...)
  • 29 Souffrant.
  • 30 Rappeler.
  • 31 Célèbre, illustre.
  • 32 Supplie.
  • 33 Conseille.

3« Ô combien j’ai d’évidence, ô chère
sœur, que la passion par toi tolérée est fort extrême : mais puisque
tu as énucléé22 ton amoureuse conception, à celle qui par
affection sororale porte à ta royale personne une dilection23
fervente, J’espère que cela te propinera24 quelque réfrigération
médicamente : car les plus angoissés se consolent que l’acerbité de la douleur
est à leurs amis communiquée : mais à cette heure méditant à ton
remède je te demande, Ô chère sœur, as-tu délibération irrévocable d’ainsi
seule ta florissante jeunesse consumer ? veux-tu toujours persister en
plaintes, pleurs et gémissements qui à autre chose ne sont aptes qu’à
effacer de ta face la beauté et pulchritude25 souveraine ? Las as-tu déterminé
que les Parques : lesquelles n’épargnent personne, rompent le fil de ta
vie sans que génération de toi soit produite ? as-tu de ton délicieux cœur
du tout expulsée et bannie la melliflue26 et suave délectation dont Vénus
a accoutumé ceux qui sont dédiés à son service rémunérer ? veux-tu toutes
ces choses en oblivion27 convertir ? Mais comment te peux-tu persuader
que ceux qui sont sous la sépulture (desquels les os démolis en cendres
reposent) se soucient de ce que nous autres encore viateurs28 disposons ?
Or est ainsi que toi étant par telle vaine et inutile opinion abusée, en la
faculté de nul a été par douce ni artificielle éloquence de te pouvoir induire
d’au plaisir conjugal t’associer : souvent je recogite que lorsque ton

[Fueil. lxxix v°]

cœur était encore fort angoissé et adoloré29 pour le récent homicide perpétré
en la personne de ton aimé Sychée, tu fis refus d’Iarbas, combien
que tu connusses sa magnitude être décorée de la royale couronne
de Libye. Aussi n’as-tu voulu ceux de Tyr accepter ni plusieurs autres
ducs et magnanimes seigneurs, qui de pouvoir captiver ta bienveillance
avaient grande espérance. Outre plus as refusé ceux d’Afrique
qui d’or et de tous autres biens ont merveilleuse affluence. Je ne sais
point si tu estimes toujours pouvoir à l’encontre de l’invincible puissance
d’amour résister, qui serait à ta beauté gracieuse bien difficile : mais
encore quand ainsi serait que les forces de ta discrétion fussent si grandes,
qu’elles pussent retenir les freins de la concupiscence pour de ta viduité
le pudique état conserver, si est-ce chose très urgente que tu considères
en quel lieu tes murailles et tours sont construites. Ignores-tu que
les populeuses cités Gétules de toi prochaines sont habitées de gens, où
nulle grâce ou bonté se retrouve ? Aussi n’es-tu pas loin des Numides qui
n’ont aucune institution de justes lois pour selon l’équité eux régir et
gouverner ? Il faut aussi méditer la proximité de toi à Syrtes terre cruelle
et inhumaine. Et d’autre part est le pays désert, et les Barchées qui par
leur férocité à chacun sont odieux. Outre cela te veux aviser des futures
batailles, qui te seront inférées par ceux de Tyr qui surviendront en
tes terres, et avec ce te dois recorder30 des assidues et continuelles menaces
qui par ton frère journellement te sont faites. Toutes ces choses distinctement
considérées donnent juste occasion de grande peine mentale :
mais certes je me persuade que les dieux tous puissants, qui ont des causes
humaines l’intelligence par divine providence, ont ces Troyens navires
en ce pays amenés, sachant que la magnanimité de ces gens sera
apte à la conservation de ton royaume. Or s’il advenait donc que
telle félicité te fût concédée, qu’entre celui Énée et toi se pût conjonction
matrimoniale trouver, considère en quels honneurs, amplitude et
magnificence, tu verras ta cité très inclite31 augmenter, vu que par la force
militaire des belliqueux Troyens (qui de tous seront redoutés en leur
société) tu vivras avec tranquillité pacifique, et lors sera la gloire de Carthage
en sempiternelle mémoire extollée. Or requiers donc aux dieux
grâce et indulgence, et pour rendre leur clémence à nous gratifier plus facile,
toi et moi les honorerons de continuelle offrande : et puis après pour
manifester la libéralité de ta majesté royale, tu feras offre à iceux Troyens
de ton palais et opulente cité, pour y faire résidence. Or je t’obsècre32 que
par toi soit quelque invention subtile excogitée, qui soit apte à les induire
et convertir de demeurer, ce que (selon mon jugement) te sera
assez facile, vu qu’en cela l’intempérée saison Hivernale, faveur

[Fueil. lxxx r°]

t’apprête : Par ce je te suade33 que pendant le temps que les mers sont émues,
et qu’Orion est de nues pluvieuses conducteur, que leur remontre
leurs nefs avoir nécessité d’être restaurées, premier que plus loin se
transportent, et que le ciel pour le présent est mal traitable pour les ondes
de Neptune naviguer. »

Chapitre IV. [Aen. IV, 54-89] : Comme Didon étant ainsi persuadée, de plus en plus s’enflamme, expulsant de son cœur amoureux toute honte, et comment elle se transmigra au temple en la société sororale, où elle fit sacrifice. Et des gestes et contenances qu’elle tenait, et aussi des visions nocturnes qu’amour lui représentait.

  • 34 Auparavant.
  • 35 Se réjouissait.
  • 36 Jusqu’à la moëlle.
  • 37 Blessure.
  • 38 « Par le fils de Vénus s’entend Cupidon dieu d’amour » (note d’Hélisenne de Crenne).
  • 39 Artifices.
  • 40 Empoisonnés (et : magiques).
  • 41 Errait.
  • 42 Gauche.
  • 43 Le jet.
  • 44 Court.
  • 45 Arrivée.
  • 46 Restaurer.
  • 47 Fatigués, lassés.
  • 48 Retirait.
  • 49 Crucifiée, torturée.
  • 50 Très hautes.
  • 51 Faible.
  • 52 Faits par des ouvriers.
  • 53 Élevés au-dessus des autres.

4Ces paroles persuasives proférées
eurent telle efficace, qu’elles inflammèrent de Didon le cœur amoureux,
et firent naître en la pensée (au précédent dubitative)
une espérance, d’hilarité accompagnée : et lors fut d’elle expulsée
la honte, avec laquelle prétéritement34 en grande observance de chaste
pudicité elle vivait : et étant du tout au service d’amour dédiée, prirent
délibération promptement au temple leur transmigrer : auquel étant parvenues
et prosternées devant les autels sacrés, la paix des dieux

[Fueil. lxxx v°]

implorèrent : et pour plus facilement iceux pacifier, veulent faire sacrifice de
certains animaux à ce élus. C’est à savoir entre autres à Cérès légifère,
au dieu Phébus et à son père Lyaeus : et devant tous firent oblation à Junon,
qui les conjonctions et liens matrimoniaux conserve. Ce que connaissant
la très belle Didon, du tout est studieuse lui faire lors sacrifice, et
baisant avec sa bouche coraline un hanap plein de vin clair et délicieux,
doucement l’épand entre les cornes d’une fort blanche Vache. Cela fait
avec grand et délectable plaisir se soulaciait35 près des images devant les
autels posées, et fut consumé ce jour à offrir grands et somptueux dons
de ses joyaux et admirables richesses. Et ainsi par les entrailles des animaux
enquérait quelle serait de sa Fortune l’issue. Hélas combien sont
vaines, superstitieuses et folles les paroles de plusieurs devins récitées ?
mais de quelle utilité peuvent être les oblations en cœur ignare et trop
furieux ? Ni de quoi sert au temple telle offrande, quand par nulle évidence
l’on ne voit que l’offrant allègement en recouvre ? Certes à l’heure
flamme molle lui consumait l’esprit, et lui dissipait le corps de telle
sorte, que jusqu’aux medulles36, nerfs et os était atteinte : et en l’intériorité
de sa poitrine vivait vulnération37 occulte, qui avec rigueur bénigne
et langueur acceptable de la puissance du fils de Vénus38 lui faisait indice.
Ô infélice Didon, qui pour être de cette damnable volupté surprise
du tout te brûle et consume : dont est occasion amour qui use de ses
arts39 périlleux et vénéfiques40 : par l’opération desquels elle vaguait41 par la
ville toute enflammée et furieuse, et ayant laissé sa modestie et gravité
honnête, trop servile et sujette se démontrait, allant toute en telle manière
comme fuit une Biche à laquelle le pasteur (l’ayant en quelque bois
aperçue) tire de son arc en la part senestre42, et avec la jaculation43 de son
dard l’atteint au côté et la transperce : et elle vulnérée et blessée, par
forêts et bocages fuit et discourt44 toujours, ayant pendu au côté le dard
mortifère. Certes ainsi était de l’angoissée Didon : laquelle par toute sa
magnifique cité conduisait Énée, qui était cause motive que son cœur
(au précédent chaste et pudique) fut du venin vénérique maculé et contaminé.
Ainsi en diversité de lieux le promenant, lui faisait apparaître
sa sublime et exaltée félicité, lui montrant l’opulente richesse de
ses beaux et éminents édifices qu’elle faisait construire et édifier : et quelque
fois à aucuns propos donnait principe, puis tout subit ès termes de
silence se réduisait. Et quand la clarté de la face du reluisant jour commençait
à diminuer, et que pour l’appropinquation45 de la nuit toutes choses
devenaient enténébrées et obscures : comme devant elle aspirait
consumer le temps en semblables arraisonnements et devises, derechef
veut qu’Énée lui concède le réitérer la narration des grands et

[Fueil. lxxxi r°]

pénibles labeurs de l’exterminée Troie, et pour plus ententivement et
aisément l’écouter, sur lui se posait, et quand la nuit fort était avancée,
et que l’heure tardive stimulait chacun de refociller46 les fatigués et atédiés47
membres par le bénéfice du désiré repos, elle en sa chambre seulette
se réduisait48. Et étant par la force d’amours d’extrême passion cruciée49
et tourmentée, avec grande effusion de larmes chaudes, ses lamentations
faisait. Pour certain elle n’était en son riche lit colloquée, pour
y être gratifiée d’aucun délectable plaisir, si ce n’était que les yeux lassés
du long veiller fussent de sommeil vaincus : ce qu’advenant, ses misérables
songes agréables mensonges lui représentaient : car elle absente
son ami absent elle voit, et pense près d’elle l’ouïr et sentir, ou bien
lui semble qu’elle tient entre ses bras délicats le très beau fils Ascagne :
et qu’en le tenant, du père Énée contemple l’image, et qu’ainsi met
peine par la manifeste démontrance de telle amour, son ami captiver
et vaincre : plus n’avait cure ni sollicitude de la construction de ses tours
commencées, ne se souciant aucunement si les architectes avancent,
plus n’instigue ses gens à la discipline militaire, les ports de mer et les
altissimes50 forteresses sont en débile51 faiblesse converties, les artificieux52
ouvrages demeurent imparfaits, et les hauts et exaltés53 murs par
ruine sont en décadence succombés.

Chapitre V. [Aen. IV, 90-107] : Comme la déesse Junon ayant intelligence que Didon était de la fureur d’amour exagitée54, prémédita d’y obvier, et adressa à Vénus son subtil parler, l’exorant55 que consentir se veuille que d’Énée et de Didon la nuptiale conjonction soit consommée.

  • 54 Agitée.
  • 55 La priant, la suppliant.
  • 56 Qui tonne d’en haut.
  • 57 Réputation, honneur.
  • 58 La Renommée.
  • 59 « Junon Saturnienne, est ainsi dite à cause qu’elle est fille de Saturne. Vénus est par les Grecs a (...)
  • 60 Char.
  • 61 Équipement de combat.
  • 62 Étranger.

5Quand la sublime déesse Junon sœur
et épouse de l’altitonnant56 Jupiter, eut intelligence que Didon était
de telle peste tenue, dont son honneur, los57 et renommée, journellement
diminuaient, et que par Fame58 mauvaise qui sut courir elle
ne discontinuait d’imiter amour folle et illicite : lors Junon Saturnienne s’adressant
à Vénus Aphrodite59, telles paroles lui dit : « Pour certain, dame
Vénus, grandes louanges à toi et à ton fils sont dues, puisque contre
chose de petite résistance vous vous êtes adressés, qui donne conjecture,
que vos puissances sont du tout annihilées : amples dépouilles et grandes
acquisitions ferez, si par la déception frauduleuse de vous deux, une
femme fragile est domptée et vaincue : bien suis certaine qu’autrefois

[Fueil. lxxxi v°]

as été timide de t’approcher des belliqueux murs de Carthage, où mon
curre60, harnois61 et choses plus chères sont posées. Le lieu te fut, comme tu
sais, suspect sans y oser faire sûre retraite. Mais finalement de quoi
sert en telle guerre persister : certes plus utile serait faire paix, confédération
et perpétuelle alliance, en traitant le mariage de ton fils Énée
avec celle reine, par ce moyen en ta possession sera ce que si affectueusement
au prétérit tu désirais, j’ai assez de certitude que Didon trop curieuse
amante par l’opération de flamme véhémente, brûle et consume : et
est de telle sorte agitée, que déjà par ses os, voire jusqu’au cœur, amoureuse
fureur court et chemine. Or te consens que par nous soit régi et
gouverné tout ce pays, de vraie amour et concorde, sans que différence
aucune plus s’y retrouve : et médite que suffire te doit, si telle reine,
prince aduene62 et étranger agréablement accepte : et que la fameuse Carthage
pour douaire lui demeure, ce que tu dois merveilleusement désirer. »
À l’heure Vénus ayant intelligible certitude de la dissimulée prononciation
de Junon : de laquelle l’intention n’était autre que de pouvoir
par telle persuasion les Troyens divertir, à ce qu’ils se déterminassent
de à perpétuité en ce pays résider, sans jamais aspirer de poursuivre la
région Italique. Vénus donc méditant toutes ces choses, à Junon en
tels termes répondit :

Chapitre VI. [Aen. IV, 107-114] : Vénus répondant à Junon, simule acquiescer à sa requête, disant que grande lætification63 lui sera, si Troyens et Tyriens vivent en perpétuelle concorde.

  • 63 Joie.

6« Qui est celui tant fût-il garni
de vertu, sublimité et puissance, qui de l’offre que tu
présentes ferait refus ? et qui ne désirât plus être avec toi
pacifique que de précipiteuse guerre recevoir ? tu peux
être certaine que si Fortune exécute et parfait ce que tu narres, bien me
plaît qu’à l’alliance excogitée l’effet s’ensuive : mais le fatal me tient en
variable incertitude. Toutefois si l’urbanité et clémence de Jupiter se
condescendait à entretenir la chose telle, que la cité de Carthage soit sans
division aux Tyriens et Troyens un agréable séjour, de sorte que ces
deux peuples soient par fervente dilection en vouloir unanime et parfaite
alliance inviolablement entretenus, ce serait une béatitude singulière.
Et pour à icelle parvenir, est chose urgente que toi qui es épouse ayant
puissance et privauté, fasses supplications et requêtes envers celui

[Fueil. lxxxii. r°]

auquel consiste le pouvoir d’à tous cas occurrents subvenir. Or t’avance
promptement pour avoir certaine science de ce qu’il en détermine » : plus
tôt n’eût Vénus sa proposition achevée, que Junon sans plus long espace
préméditer, telles paroles lui dit :

Chapitre VII. [Aen. IV, 115-128] : Junon estimant les paroles de Vénus être avec vérité proférées, lui narre le subtil moyen, par lequel Énée et Didon se pourront en alliance conjugale confermer64.

  • 64 Unir.
  • 65 Sortir.
  • 66 Assure.
  • 67 Caverne.

7« Puisque ton opinion à la mienne
se conforme, contente suis prendre sur moi ce labeur et sollicitude :
et t’exprimerai en brefs mots, comme facilement
ta matière se peut conduire. Il est conclu que demain si tôt
que la déesse Aurore donnera principe à sa splendeur démontrer,
ton fils Énée et Didon misérable doivent aller prendre aux champs,
soulacieux exercices : déjà donnent ordre à appareiller tout ce qui est apte
et propice pour chasser bêtes ès ombrageuses et délectables forêts :
auxquelles quand suivant leur délibération seront parvenus, et qu’en
pluralité de lieux feront courses : à ce que les bêtes de leurs sources fassent
issir65. Je te certiore66 que j’userai à cette fois d’une extrême promptitude :
car en un instant, nues obscures et ténébreuses je ferai accumuler : dont
tout subit émanera pluie et grêle accompagnées des plus épouvantables
tonnerres et foudres qui jamais furent par les Cyclopes fabriquées,
Et lors gentilshommes, chasseurs et consorts étant agités de grande perplexité,
voyant que le temps nubileux de ténébreuse obscurité leur fera
couverture, ne sauront autre chose faire que d’eux réduire en fuite. Et à
l’heure Didon reine, et celui duc Troyen pour ultime refuge en une spelunque67
d’eux assez proche feront retraite, et moi étant près (si ta volonté
à la mienne se consent) je ferai de sorte qu’en leurs cœurs se trouvera
telle union, que sans plus différer seront conjoints par mariage légitime. »
À cette pétition ne voulut être refusante Cythérée, mais se manifesta
à y vouloir obtempérer très prompte.

Chapitre VIII. [Aen. IV, 129-172] : Comme Énée et Didon allèrent aux champs pour prendre soulacieux exercice : mais la survenue de la diversité du temps tant les atédia, que pour obvier à la merveilleuse inondation, dedans spelunque occulte s’y réduirent, qui fut occasion de grande infélicité.

  • 68 Délai.
  • 69 Charmante.
  • 70 Pourpre.
  • 71 Carquois.
  • 72 Beauté.
  • 73 Excessive.
  • 74 Part.
  • 75 Chevelure dorée.
  • 76 Branches, frondaisons.
  • 77 Noble.
  • 78 Comparer.
  • 79 Peur.
  • 80 Ouvertement.
  • 81 « Junon préside aux mariages légitimes, et a grande puissance en la région Areine » (note d’Hélisen (...)
  • 82 Émues.
  • 83 Bien faites.
  • 84 « Les Nymphes napées sont maîtresses des Fontaines. Les Dryades ont les arbres à gouverner. Les Nér (...)
  • 85 « Océan fils de Célius très révéré entre les dieux Marins » (note d’Hélisenne de Crenne).
  • 86 « Satyres sont dieux ayant les cornes au front, et les pieds comme de Chèvres. Orcades sont Nymphes (...)
  • 87 Vivement blâmée.

8[Fueil. lxxxii. v°]

Incontinent après cette chose
entre les déesses déterminée, la reine Didon stimulée d’imiter
sa Fortune, ne voulut faillir d’au déduit de la chasse assister :
par quoi sans dilation68 étant associée de grande multitude
de gens notables, de son triomphant et magnifique palais elle descendit.
C’était souveraine délectation le contempler de sa vénuste69 grâce,
beauté et faconde : elle était ornée d’un riche et somptueux manteau
Sidonien subtilement ouvragé, froncé et garni d’un Limbe d’or sous
lequel portait une noble et précieuse robe purpurine70, qui merveilleusement
la décorait. Ses dorés cheveux sur ses candides épaules épars étaient
de si grande splendeur, que d’Apollon représentaient la similitude, sur
lesquels était adapté cercle d’or d’irradiante lumière : la trousse71 avait à son
côté (qui fort bien lui seyait) faisant indice qu’elle était usitée, apte et
habile à l’exercice de Diane. D’autre part les ducs Troyens avec gravité
honnête, modestement cheminaient, mettant chacun d’eux peine
de complaire, afin d’être gratifiés d’affection bénévole : entre lesquels
resplendissait en souveraine pulchritude le très gracieux adolescent Iule :
Mais par dessus tous, se faisait apparaître le Roi Énée des ducs
Troyens le supérieur, qui en bon ordre sa compagnie accumulait. Et
en ce faisant, telle se manifestait de sa formosité72 l’excellence, que sa beauté
exupérante73 et singulière, décorée d’une faconde admirable, doublait
de cette congrégation le triomphe : tout en telle manière était, comme

[Fueil. lxxxiii. r°]

Apollon qui d’Hiver Lycie, où il fut hôte, avec véloce cours s’absente, et
du décourant fleuve Xanthe se distingue74, et par voie directe en Délos
son fugitif pas adresse, où il aspire états nouveaux bâtir et construire : là
érigent autels les Crêtes et Dryopes et les Agathyrses avec leurs formes
portraites : et lui allant par Cynthe le mont éminent, s’adresse où son
plaisir délectable le conduit. Et ainsi se lætifiant, sa come aurine75 il orne
de frondes76 et vertes branches, et par dessous de cercles d’or. Cette blonde
chevelure est accoutrée, à son côté pend sa gentille77 trousse, qui de multitude
de flèches est garnie. Certes toute telle était la similitude d’Énée,
sa belle face se démontrait très bénigne : laquelle en fleurissante jeunesse
à celle de Phébus se pouvait équiparer78, fort étaient doux et attractifs
les regards de ses yeux verts, dont provenait une irradiante lumière. Et
à bref parler tant était sa conservée beauté extrême, que l’on eût pu juger
Nature s’être délectée à le faire précéder tous autres en toutes perfections.
Après que ce magnanime Troyen eût à sa sociale compagnie
donné ordre, promptement se transmigrèrent à la proximité des monts
altissimes : et là étant, assez tôt à leur vue se présentèrent diversité d’animaux,
comme Chevreuils, Daims, et grandes Biches : qui pour être des
chiens fort hâtées et précipitées, des bois circonférés en grande promptitude
descendaient et couraient en pluralité de lieux sylvestres. D’autre
part apparaissaient les grands Cerfs : auxquels timeur79 administrait vélocité,
au moyen de laquelle faisaient par les champs diverses courses : et
si fort et diligemment furent oppressés, que difficile leur était à leur sortie
pouvoir arriver, en quoi se délectant la puérilité d’Ascagne étant sur
un léger cheval, en plaines et en vallées assez promptement allait, ayant
en son cœur grande hilarité de pouvoir iceux détours contempler : et
comme les uns et autres avec soudains cours passaient, certes il semblait
apertement80 que Sanglier cruel et féroce vers lui en extrême diligence
dresse son cours, ou qu’un Lion redoutable et superbe pour l’opprimer
et molester à lui se jette : et cependant que tous en ces lieux assistaient,
survint au ciel un fort et épouvantable tonnerre : duquel tôt
après s’ensuivit grêle et pluie, qui telle atédiation propina aux chasseurs,
que sans plus différer furent par urgente nécessité stimulés, et contraints
être diligents investigateurs de sûre retraite : chacun fugitif
s’efforce en quelque place se latiter, pour éviter que la diversité du temps
leur infère trop de moleste. Les grands torrents de l’altitude des montagnes
émanaient, et par les plaines faisaient leurs ruisseaux épandre
et disperser : Ce que voyant ce duc Troyen et reine Didon, pour obvier
à la merveilleuse inondation, dedans spelunque occulte et secrète se
réduirent : donc étant en lieu taciturne et apte à l’exercice

[Fueil. lxxxiii. v°]

vénérique, Lors la déesse Cybèle donnant de prochaine ruine certain présage,
commença à mouvoir et trembler. La déesse Junon81 qui a accoutumé de
présider aux mariages légitimes, donna manifeste démontrance que tôt
serait la chose violée et enfreinte : car étant la corruption de l’air bien
grande, feu flamboyant faisait issir des enténébrées nues. Les nobles Nymphes
(le futur inconvénient précogitant) en étaient par compassion intérieure
toutes commues82. Les gentilles Napées souffrant pour ce cas acerbe
douleur, étaient tant pensives, qu’immobilement tenaient leur moullées83
têtes baissées sans distinguer aucunement leurs tristes vues de
dessus les arides et sylvestres herbes. Les gracieuses Dryades pour cette infélicité
étaient tant angoissées, que pour être trop occupées à lachrymer
et pleurer, ne se faisaient aucunement apparaître hors de leurs fleurissants
arbres. Aussi en étaient en grande anxiété les Néréides84, qui les
provoquait à pleurs et gémissements, pour lesquels avec solitude continuer
étaient toujours au sein de la mer en leurs maisons paternelles, où
de cette chose avec le grand Océan85 et la grande déesse Thétis tenaient
devises. Aussi pour telle infortune toléraient une grande peine mentale
les Faunes, Satyres, Orcades, Hespérides, Piérides86 et tous les dieux sylvestres
et montagniques, bref toutes choses célestielles et terrestres en
furent merveilleusement troublées. Hélas ce jour premier du mal et de
l’infélicité de Didon de Carthage fut cause, et finalement de sa cruelle
et ignominieuse mort : car ne se voulant de son propos démouvoir, purent
prendre ensemble l’ultime et extrême plaisir qui en amour se peut
désirer : et combien que Fame mauvaise ait claire vue pour la chose apercevoir,
elle aucunement n’en est perplexe ni douteuse : plus ne se
soucie qu’amour soit furtive, occulte et secrète tant est au délit perpétré
volontaire : toutefois pour se conserver d’être de la chose commise
incrépée87, ce fait, mariage elle appelle, couvrant de ce nom sa griève
coulpe.

Chapitre IX. [Aen. IV, 173-205] : De la vélocité et promptitude de Fame mauvaise, laquelle selon les antiques fut de la déesse Cybèle procréée, et lui propina grande agilité pour plus facilement en diversités de lieux toutes nouvelles annoncer : Par quoi icelle Fame ne voulant occulter la faute par Didon perpétrée, en tous lieux de Lybie la fit savoir : Et mêmement au Roi Iarbas qui en fut fort irrité, et en fit à Jupiter piteuse complainte.

  • 88 Manque.
  • 89 Dangereuse.
  • 90 Rabaisser le mérite, dénigrer.

9[Fueil. lxxxiiii. r°]

Lorsque telle faute fut commise,
Fame exerçant son office, ne voulut permettre ce maléfice
latiter : à cette occasion en tous lieux de Libye fut la chose divulguée
et vulgarisée. Or n’est-il mal au monde accompagné
de plus grande vélocité et promptitude que Fame mauvaise
mobilité jamais ne l’extermine, et tant plus chemine et plus augmentent
ses forces. Bien est vrai que du principe par timeur semble petite : et aucunefois
est en terre occultée, puis tout subit jusqu’à l’altitude des nues
s’exalte. Et pour déclarer de cette Fame l’origine, faut entendre que, selon
les antiques, de la grande mère Cybèle fut procréée. Car après la mort
et extermination des Géants ses enfants, elle fut contre l’ire des dieux
si inflammée, qu’incontinent fut par elle cette renommée produite, elle
la fit agile de pieds, avec grandes et légères ailes : afin que plus facilement
diversités de nouvelles pût en toutes parts annoncer. Cet horrible
monstre fut énormément grand de corps : lequel était tout couvert
d’innombrable multitude de plumes, et autant avait d’yeux clairs et
vigilants, qui en leurs regards étaient prompts et cauteleux, autant avait
de bouches, langues et oreilles pour tous reproches ouïr, durant les
nocturnes ténèbres légèrement vole, cherchant l’obscurité ombrageuse,
connaissant que tel temps est apte à quelque maléfice perpétrer, jamais ses
clairvoyants yeux ne sont clos pour repos prendre. Et quand la venue
Aurorine excite Phébus d’illustrer l’universel, sur les exaltés palais et
tours éminentes elle se pose, pour faire pulluler et augmenter de scandale
la force, elle ne faut88 aussi d’assister aux populeuses cités pour semer
la périculeuse89 graine de discorde : laquelle de maux énormes et exécrables
est productive : et ayant toutes ces choses faites, lors donc exerçait
ses lubriques langues à former paroles, et autant de mensonges que de propos
véritables indiscrètement annonçait, emplissant les oreilles des auditeurs
de diverses merveilles, et entre autres choses dignes d’admiration,
elle narrait comment Énée avait en cette région ses associés réduits,
Et que Didon l’avait pour unique seigneur et vrai époux volontairement
accepté : et vivant avec lui en voluptueuse lascivité et immonde luxure,
l’hivernale saison consumaient, Et à cause de la suave délectation qu’iceux
amants en la fruition d’amour recevaient, avaient du tout en oblivion
converti l’aspirant désir de leur espérée gloire future. Toutes telles
choses publiquement récitait celle déesse : laquelle continua tant en
la vélocité de son vol, qu’assez promptement en la fameuse cour du Roi
Iarbas fit son entrée : et lors persistant en son invétérée coutume, au
détracter90 donna principe, faisant distiller de ses vicieuses langues, paroles
vénéneuses, qui furent aptes à dénigrer de Didon la prétérite louange, dont

[Fueil. lxxxiiii. v°]

advint que d’iceux propos tels furent les effets que de l’intériorité du
cœur du prénommé Roi un grand enflambement firent naître. Or était
celui Iarbas, fils du dieu Amon et de la Nymphe Garamantide
reine très illustre. Et parce qu’il avait aux dieux fervente dévotion,
prétendant de vénérer et honorer le souverain d’iceux Jupiter,
lui avait en ses temples cent somptueux autels érigés, où de pluralité
d’animaux immolations furent faites. Et pour plus le lieu orner
et décorer, fleurs odoriférantes et aromatiques y étaient mises et posées.
Étant donc ce Roi ainsi adonné à célébrer et magnifier la sublimité
divine, voulut en cette perplexité et trouble à icelle avoir recours : car
un jour entre autres devant l’image de Jupiter sa majesté royale prosterna,
et ayant les yeux élevés et les mains jointes, en telle sorte ses
piteuses et lamentables complaintes forma :

Chapitre X. [Aen. IV, 206-218] : La piteuse complainte faite, par le Roi Iarbas à l’altitonnant Jupiter.

  • 91 Dépourvue de nerf, de force.
  • 92 Féminin.
  • 93 Qui possède un royaume.
  • 94 Limites.
  • 95 Récompense.

10« Ô Jupiter le dieu omnipotent, qui as
certaine évidence que l’opulent populaire et gent Maurusie, avec
Bacchique devoir sacrifice et holocaustes assidûment t’offrent :
peut-il être que tels services avec humilité et sincérité de cœur offerts
ne te soient acceptables ? et que comme chose inepte nue et énervée91 sans
rémunération demeurent ? Mais à quelle occasion t’aurons-nous en si suprême
révérence, timeur et crainte, redoutant tes ardents foudres et formidables
tonnerres, si quelquefois ta divine puissance, faveur ne nous
prête ? Las as-tu sur la condition virile telle sentence décrétée, que dorénavant
pour méchants et pusillanimes les hommes soient estimés, et
que le sexe mulièbre92 sur eux domination et supériorité obtienne ? Tu
sais assez comme une femme pérégrine et errante dedans nos terres, a
cité très fameuse construite et édifiée, parce que nous étant à la mansuétude
plus qu’à la sévérité enclins, pour certain prix a de nous impétré
plein pouvoir et autorité de siège de repos y poser, et tant l’avons par humaine
bénignité gratifiée, que concédées lui ont été voies égales pour
ses magnifiques palais et spacieuses salles ériger. Or est ainsi qu’elle usant
du détestable vice d’ingratitude, n’a voulu nos grands mérites reconnaître.
Et combien que d’elle fusse bien digne, l’indiscrète n’a fait difficulté
de refuser de faire avec moi matrimoniale alliance. Et outre cela, ce
qui plus me donne d’anxiété et tristesse, c’est que par son imprudence

[Fueil. lxxxv. r°]

a en son royaume accepté le profugue Troyen Énée. Celui pour certain
que je puis bien nommer de Pâris (qui trop fut à incréper) vrai imitateur
et exemplaire, il est associé de régniée93 gent : au moyen de quoi grandement
la louange diminue, et tant est abusé en son audacieuse témérité, que
pour plus se magnifier et glorifier, sur son chef précieuse couronne porte :
ses cheveux sont peignés, parés et ornés de joyaux exquis et riches, et
n’a autre sollicitude que d’en voluptueuse lascivité le temps passer et consumer.
Or donc de stupre provient ce mariage, qui les mettes94 de
raison excède. Et nous misérables et méchants, faisons à tes temples offres
et dons sans en avoir prémiation95 ni loyers, et nourrissons en si extrême
perplexité et peine renommée trop inutile.

Chapitre XI. [Aen. IV, 219-237] : Comme Jupiter ayant intelligence de la juste indignation du Roi Iarbas y voulut pourvoir de remède, donnant charge expresse au très éloquent Mercure de se transmigrer vers Énée, pour lui dire et remontrer que l’urgente nécessité requiert que promptement de Carthage s’absente.

  • 96 Leurs yeux ont été arrachés.
  • 97 Inscrits, enregistrés.
  • 98 Illustre.
  • 99 Déclare.

11[Fueil. lxxxv. v°]

Certes bien entendit le tout puissant
Jupiter les déprécations de celui qui trop affligé et persécuté
se sentait. A cette cause étant provoqué d’une volonté furieuse,
promptement aux murs Royaux sa vue adresse et commença
à méditer et penser comment les fols amants étaient par l’opération
d’amour immonde exoculés96 et aveuglés, ayant oublié le désir d’être
ascrits97 au triomphe de plus honnête renommée : donc pour y
pourvoir de convenable remède, invoqua le très éloquent messager
Mercure, et lui commanda de diligemment exécuter ce que son vouloir
désire : « aller te faut, dit-il, très cher fils avec grande promptitude : et appelant
en ta société les Zéphyrs, adresseras ton vol léger à la très inclite98
Carthage pour parler au duc Troyen, qui à présent y fait résidence et
trop lascivement se maintient sans avoir respect aux régions et cités, qui
par les dispositions fatales lui sont promises. Or t’efforce de faire telle diligence,
comme par la sublimité de ton esprit tu connais que l’urgente
nécessité le requiert, et avec les vents dénonce99 lui mes édits, et sans
rien omettre distinctement tous mes propos lui expose : dire lui pourras
que pas ne m’a dit sa mère belle, qui contre sa félicité heureuse devait
de telle rébellion user. Certes si bien considère, il ne peut par telles
armes être vindicateur de la superbité des Grecs, qui lui ont inféré tant
de dommages : mais c’est chose indubitable qu’il devait obtenir le règne
de l’exalté empire d’Italie pour pacifiquement y résider. Certes c’est
celui duquel le florissant renom devait au noble sang Troyen donner
lustre, le faisant en tous lieux augmenter et connaître, régissant
et gouvernant sous ses lois tout l’universel, de sorte que son los, bruit
et renommée en toutes parts se dilaterait. Si la gloire donc de choses
si altissimes et suprêmes (qui en son cœur doivent être insérées)
n’a tant de vigueur qu’à ce le puissent exciter et émouvoir, ne voulant
pour l’acquisition de ces louanges de telles peines et laborieuses fatigues
son généreux esprit charger, ou que lui par affection paternelle,
ne se contriste d’être négligent en la poursuite de la Fortune prospère
qui à son fils doit succéder, si devrait-il être timide de faire entre
ses ennemis résidence. Certes pas ne regarde l’Ausonie qui lui est appareillée
pour succession héréditaire : car pour être d’amour lascive prévenu,
n’est en la faculté de son offusqué entendement de se pouvoir à
chose vertueuse ni digne de louange occuper. Il est donc nécessaire
qu’en cette extrémité, ma grâce spéciale secours lui donne, le faisant
exhorter et admonester que promptement ses navires il apprête : afin
qu’à son partir donne principe, qui est le sommaire de ce que je veux

[Fueil. lxxxvi r°]

narrer. Or sois mon annonciateur et te transmigre vers lui pour le tout
lui référer. »

Chapitre XII. [Aen. IV, 238-278] : Comme Mercure obéissant au commandement de Jupiter, se transmit dedans Carthage où il référa à Énée les paroles de l’altitonnant Jupiter : puis incontinent ledit Mercure par l’air spacieux s’évanouit.

  • 100 Pétase, chapeau à large bord. « Ici est ajoutée la description des accoutrements de Mercure, avec l (...)
  • 101 Sandales.
  • 102 Main droite.
  • 103 « Argus était un homme cault, à cette cause les Poètes ont faint qu’il avait cent yeux, qui depuis (...)
  • 104 « Atlas fut jadis homme fort opulent et puissant : mais pour avoir dénié logis à Persée, qui était (...)
  • 105 Le texte de Virgile (v. 259) dit magalia, sans majuscule, que Perret traduit par douars, où logent (...)
  • 106 Vues.

12Ces paroles proférées, sans différer
voulut accomplir de Jupiter la détermination. Et pour ce
mit sur soi sa riche capeline, qui en notre style poétique
est appelée Galère100 : laquelle est garnie de belles plumes, en dénotant que
l’homme éloquent est armé de défense et de diligence pour contre tous
ses ennemis résister : puis adapta à ses pieds ses talaires101 ornées de belles
ailes dorées, qui servent à voler parmi l’air, qui désigne la grande vélocité
de l’opération verbale : qui va légèrement en diverses régions lointaines :
en sa dextre102 prit sa verge, autrement dite Caducée enveloppée
de deux serpents entortillés : de laquelle verge il enchanta et endormit Argus103
le clairvoyant : Car prudence et artificielle éloquence déçoit et endort
souvent les plus fins et cauteleux : cette verge serpentine lui provenait
d'Apollon en permutation de sa lyre : de laquelle verge outre cela était
si grande la puissance, qu’il en tenait en suspens la région Plutonique.
Car à son vouloir révoquait de Phlégéthon (où consistent les peines
infernales) les âmes tristes ; et les posait par sa fatale disposition en sûre
tranquillité de doux et suave repos : les autres fait en la famille de Proserpine
numérer, quand par leurs commises coulpes ainsi le desservent.
Toutes ces choses consistaient en la divine magnitude de Mercure, lequel
étant orné des accoutrements prédits, soufflant les vents en plusieurs
lieux, prit son vol par l’obscurité des nues en traversant les inconnues
régions : et si haut s’exalta, que facilement le mont Atlas104 put apercevoir :
lequel étant d’un côté tout couvert d’enténébrées nues, était
désert et stérile : mais en chef et sommité d’icelui y avait grande multitude
d’arbres plantés, qui produisaient fruits de souveraine excellence :
ses épaules sont en toute saison de candide neige couvertes, le menton
a rempli de plusieurs spacieux fleuves, et la barbe était merveilleusement
gelée, qui d’extrême frigidité faisait indice. Or s’adressa en cet
endroit l’interprète et annonciateur des dieux : lequel volait par la
région aérienne avec ses légères ailes, dont Silénie l’avait au prétérit pourvu,
lorsqu’il était en Arcadie : lui étant sur le mont parvenu,

[Fueil. lxxxvi v°]

commença à s’arrêter, et dedans les fluctueuses eaux se jette toute en telle
manière qu’un oiseau qui entre pierres subitement les poissons ravit.
Tôt après de là se lève, et en se lætifiant du long des rives marines assez
légèrement fait son cours : et ne faisant de son corps trop haute élévation,
à la proximité de la terre se mit à voler, divisant les vents subtils
avec ses ailes. Lors la disposition fatale permit que lui qui de la lignée de
Cyllène était extrait, vint arriver au domicile des Afres chez Magalle105.
Et à l’heure lui fut facile apercevoir Énée, qui à fonder tours et châteaux
ententivement s’occupait, et était tout resplendissant, tant en excellence
de beauté naturelle, comme d’accoutrements d’or et de pierres
précieuses, sa robe était de pourpre décorée de Tyr, merveilleusement
riche : laquelle lui avait donnée Didon du principe que de lui elle avait
eu connaissance. Et pour un singulier ornement, l’avait de fil d’or très
riche tissue et ennoblie : il portait une fort belle épée, où la préciosité
de l’or et des pierreries était par grande prodigalité adaptée. Toutes ces
choses spéculées106 par Mercure, en grande promptitude vers le prédit Énée
s’adresse, et comme annonciateur expressément transmis, les paroles
qui s’ensuivent, lui prononce : « Quelles sont à cette heure, Ô très illustre
Énée, tes occupations mentales ? ni quelle est l’expectation ou espérance
qui t’instigue à désirer repos ? séjour ni résidence dedans les terres
Libyques où rien tu ne tiens ni possèdes ? pourquoi fuis-tu ta grande félicité
et suprême béatitude ? mais s’ainsi est qu’en la gloire de tant d’altissimes
choses (qui au prétérit en ton magnanime cœur furent insérées)
ne consiste tant d’efficace, qu’elles te puissent exciter ni émouvoir : et
que plus ne veuilles recogiter le grand labeur et la Fortune étrange par
toi tolérée, qui de si extrême louange te rend digne, au moins te doit
stimuler amour paternelle, d’avoir respect à l’indubitable attente du los
florissant de ton très cher fils Ascagne : Auquel est dû pour partage toute
la région Italique et terre Romaine. » Incontinent que Mercure eût sa
commission accomplie, des yeux mortels se séquestra, et à moitié de son
douteux propos, tout subit se disparut en s’évanouissant par l’air.

Chapitre XIII. [Aen. IV, 279-295] : Comme Énée pour les paroles ouïes fut en grande perplexité, et lui survinrent variétés de pensées, pour le débat que raison et amour lui inféraient : toutefois après diverses disputations, convoqua aucuns des siens plus fidèles, et conclut occultement se départir.

  • 107 Laisser, délaisser.
  • 108 Apaiser.
  • 109 Afin que.

13[Fueil. lxxxvii. r°]

Énée pour les paroles ouïes
fut si perplexe, que de répondre la faculté lui fut ôtée : Certes
la vision telle tant l’exagita et troubla, que la voix et la
prononciation lui dénia : et pour l’excessive timeur et
violente peur (qui à l’heure en son angoissé cœur assistèrent)
ses cheveux se commencèrent à élever, et n’y eut nul de ses
membres qui fut exempt de grandes peines sentir : et ainsi souffrant à
autre chose n’aspire, sinon que par occulte fuite se puisse absenter, et dérelinquer107
les amènes et délectables terres : combien que souvent en icelles
eût pris plaisant exercice. Mais considérant que telle était la volonté
de la sublimité divine, il se voulut à icelle totalement accommoder : toutefois
fut agité d’une véhémente sollicitude, sachant que la Reine acerbe
douleur souffrira, quand de l’absence future sera avertie. A cette cause il
s’occupait à préméditer quels propos et raisons persuadantes lui pourra
tenir, qui soient aptes pour les anxieux regrets d’elle mitiguer108. Étant
en cette perplexité, lui survinrent variétés de pensées, sentant un merveilleux
débat en soi, entre raison et amour : mais après plusieurs disputations
faites en cette inquiétude, dame Raison la supériorité obtint, et
par son commandement furent convoqués Mnesthée, Sergeste, et le fort
Cloanthe : auxquels Énée énucléa sa conception, leur disant que promptement
faut qu’ils donnent ordre à faire armes, voiles et vaisseaux aquatiques
appareiller. Et cela fait que tous au port et rivage se réduisent :
après les avoir ainsi instruits, ne faillit à leur dire qu’il était nécessaire
leur absence si prompte ingénieusement dissimuler, ad ce que109 cependant
lui soit plus facile envers Didon impétrer licence et congé ; car quand si
tôt n’en sera certiorée, l’on la rendra plus volontaire et traitable au consentement
de l’urgente départie. Certes elle estime que si grandes amours
à perpétuité puissent durer : par quoi faut excogiter quelque gracieux
moyen, qui cette excessive cupidité d’amour puisse aucunement tempérer.
Ces paroles proférées, les prénommés firent extrême diligence
d’eux rendre au commandement de leur seigneur obéissant, et pour
cette délibération sienne accomplir, sans dilation aux ports se transmigrer,
où ils firent nefs et voiles apprêter pour selon l’ordonnance d’Énée
occultement départir.

Chapitre XIV. [Aen. IV, 296-304] : Comme la Reine de la future absence s’aperçut : dont elle fut de si précipiteuse ire commue, qu’elle en perdit toute modestie et contenance.

  • 110 Ruse, tromperie.
  • 111 Partir.

14[Fueil. lxxxvii. v°]

Tôt s’aperçut la reine du
dol110 et de leur préparatif d’absence : car qui pourrait être
si ingénieux ni subtil que décevoir pût personne amante,
faisant chose aucune, tant fut latitée qu’à sa notice incontinent
ne parvint ? Pour certain amoureuse et poignante
stimulation lui révéla la future départie : dont commença la grande
hilarité prétérite, en amertume se convertir. Las comment donc ne
dût-elle leur partement redouter : puisqu’amour illicite l’a tant forcée et
contrainte, que la chose que depuis firent, et qui lors n’était encore faite,
si grande timeur lui propinait : pour laquelle augmenter, icelle Fame
(dont ai fait ample narration) lui fit rapport que tous accumulément
pour eux distinguer111 de Carthage s’appareillaient ? Lors la dolente fut de
cette infélicité tant angoissée et troublée, que séquestrant d’elle toute modestie
et honnête contenance, en plusieurs lieux de la cité son cours faisait :
toute en telle sorte comme Thyias du dieu Bacchus prêtresse, qui ne
cesse d’aller et de courir quand en diverses musiques les jeux Orgies et
festivals Bacchiques jusqu’à ses oreilles parviennent, et que par le
mont Cithéron la clameur du sacrifice et rumeur nocturne se dilate. Ainsi
certes faisait Didon, laquelle étant de précipiteuse ire exagitée, ne put
plus dissimuler. Par quoi s’adressant à Énée, avec voix piteuse telles paroles
lui dit :

Chapitre XV. [Aen. IV, 305-333] : Des propos que tint l’anxieuse Didon à Énée, par lesquels elle l’incrèpe du vice d’infidélité, et avec diversités de paroles plusieurs choses lui remontre.

  • 112 Méprisée.
  • 113 Surpasse.
  • 114 Honte.

15[Fueil. lxxxviii. r°]

« Ô homme perfide déloyal et impiteux :
d’où procède que ton cœur intoxiqué de vénéfique
malice a pensé pouvoir occulter un si exécrable crime comme
de vouloir ta déceptive personne furtivement de ma terre séquestrer ?
Ô homme scélérat et prompt à mutabilité, l’amour fidèle
et cordiale que je te porte, n’a-t-elle pu mériter de réciproque et mutuelle
affection être récompensée ? As-tu mis en oblivion que lorsque ta
main dedans la mienne mise fut, de perpétuelle alliance me fis promesse ?
Hélas moi-même Didon qui de bref ès dangers de l’inexorable Atropos
succomberai, n’ai-je pu vaincre ton cœur déceptif, frauduleux,
et fallacieux, te gardant d’excogiter cette absence, l’appréhension de laquelle
m’est tant acerbe et douloureuse ? Certes cette chose en ma possibilité
ne consistait, car pour plus tôt me dérelinquer et abandonner, nonobstant
la frigide saison Hivernale, nubileuse, pluvieuse et diverse, tu n'as
différé tes nefs et voiles faire appareiller, non considérant qu’Aquilon
vent rigoureux et mal traitable, engendre et meut les périculeuses vagues
marines, dont tu pourras plusieurs douleurs et acerbités souffrir.
Ô cruel et inique homme : dis-moi quel délectable plaisir tu prends à investiguer
lieux étranges ? Certes si Troie était encore à dépopuler, tu aurais
occasion légitime de te réduire en ta région première : mais puisqu’elle
est annihilée et détruite, sans espérance de la pouvoir récupérer,
quelle cause te provoque en autre lieu transmigration vouloir faire ? las
es-tu délibéré de t’aliéner de ma terre, faisant d’avec moi divorce et répudiation
totale, me spoliant de la jouissance de ta personne ? las je t’exore
par les lachrymes et piteuses larmes, par la main tienne, dont promesse
tu me fis, par les melliflues, douces et gracieuses paroles, que tu savais
à ton avantage proférer, par celle amour conjugale, qui entre nous
par affectueux désir régnait, que si de toi aucun bien je mérite, et que
si quelquefois de moi ta triste épouse, contentement, douceur et suavité
aies reçue, au moins par discrète raison aie respect à la ruine apparente
de mon règne : et en te manifestant facile à l’exaudition de mes instantes
prières, dépose cette pensée de la déplaisante entreprise de pérégriner :
pour de laquelle du tout te dissuader, c’est bien raison qui te dise,
que pour toi seul des hauts princes de Libye suis contemnée112 et déprisée,
de sorte que leur est odieuse ma personne : car ils se tiennent pour

[Fueil. lxxxviiii. v°]

grièvement offensés, de ce que je vous ai permis en mes pays habiter. Pour
toi seul donc (par l’effort d’amour qui tout vainc et supère113) j’ai
toute vérécondie114 et honte repoussée, dont après leur absence a été totalement
enténébrée et éteinte la Fame et renommée, qui au premier
m’imposa le nom de pudique : et encore après avoir chose tant excellente
perdue, Fortune ne s’est contentée de m’avoir fait de Reine franche
et libère, serve esclave et sujette d’amour folle et abusive : mais voyant
que telle servitude m’était souveraine délectation, s’est avisée de me
constituer en une calamité plus grande : à laquelle chose exécuter, n’a su
excogiter autre moyen que d’exciter ta scélérate et malicieuse volonté,
la rendant prompte et facile à me laisser. Las ne vois-tu, Ô hôte fugitif,
combien de l’extrémité mortelle tu me laisses proche : pour certain hôte
te puis-je bien nommer, qui totalement du nom de vrai époux diffère.
Par ainsi puisque tel je te connais, quelle expectation doit être la mienne ?
Ne puis-je pas bien par conjecture juger que le cupide et avare Pygmalion
démolira et renversera mes belliqueuses murailles ? ou si cette infélicité
ne m’intervient, si ne puis-je faillir de succomber entre les mains
du Roi Iarbas : car me trouvant destituée de favorable secours, lui sera
assez facile me prendre et conduire en ses tours inaccessibles, et perpétuellement
en prison tédieuse, captive me détenir. Hélas encore si entre
tant d’angoisses que ces passions mentales me donnent, ce bien m’eût été
concédé, que devant ta fugitive absence j’eusse pu de quelque enfant
par toi engendré devenir mère. Ô quelle béatitude ce me serait, si je pouvais
contempler un petit Énée en mes spacieuses salles se soulacier, et
qu’en le spéculant me fut représentée la similitude du père, en la face seulement,
non en tes mœurs, qui sont trop cruelles, pas ne seraient mes regrets
si excessifs, ni ma perte tant à plaindre. » Ces lamentables paroles
lui dit : mais parce qu’il était stimulé et pressé des dieux, le regard de
ses yeux tint immobile, réservant tacitement en son cœur la grande cure
et sollicitude que pour son partement il avait, et en la fin lui prononça
brièvement ce qui s’ensuit :

Chapitre XVI. [Aen. IV, 333-364] : La réponse faite par Énée à Didon, par laquelle il l’assure qu’il aura assidue et continuelle recordation des biens et gratuités qu’il a d’elle en grande abondance reçus, Toutefois il lui nie qu’alliance nuptiale entre eux soit faite : Et d’avantage dit que pour plusieurs occasions légitimes est stimulé la région Italique investiguer.

  • 115 Fugitif, banni.
  • 116 Ancienne, première.
  • 117 Santé, état de ce qui se porte bien.

16[Fueil. lxxxix. r°]

« C’est chose indubitable, ô très
bénigne Reine, que pour ne vouloir être contaminé
de vitupérable vice d’ingratitude, en nul jour de ma vie
n’aurai désir taire ou nier, que dès lors de notre primitive
connaissance tu n’aies par ta libéralité grande récompense
desservie : car les bénéfices, dont tu m’as favorisé,
sont par moi tant estimés, qu’il ne serait en ma possibilité rendre
grâces qui au tant grand mérite fussent condignes. A cette cause encore
qu’en lointaine région je me transporte, si te peux-tu bien persuader qu’il
n’y aura distance de lieux, ni cours de temps que la souvenance de toi
me puisse faire en oblivion convertir. Et puisqu’il faut que le tout je te
déclare, crois que jamais je n’eus détermination de furtivement m’absenter :
Car de nous deux ne fut la conjonction faite, pour proposition
que j’eusse d’avec toi comme mari et époux demeurer. Jamais ne vins au
doux et fertile pays de Carthage pour contrat de mariage pourchasser :
et si Fortune eût voulu permettre, que moi (qui suis à pluralité de fatigues
exposé) pusse passer ma vie selon mon désir, imposant fin à mes anxiétés
et tristesses, je ne serais profugue115 et loin transmigré, mais à mon
aise et en la société de mes amis en la cité de Troie aurais tranquille
repos. Encore seraient les royaux domiciles du très illustre Priam en
leur pristine116 valitude117, encore seraient les Pergames de Troie en leur force
ou avec main forte relevés. Mais ne m’étant Fortune si prospère, à présent
est chose urgente à l’Italie aspirer, où il nous convient aller avec grande
diligence : Car de ce faire, le rutilant Apollon nous instigue et exhorte :
par ainsi, Ô noble Reine, puisque là est notre pays et vraie expectation,
plus ne te soit la poursuite d’icelui, chose admirable. Si les éminentes
et hautes tours de Carthage ont puissance de te tenir, et qu’au délectable
aspect d’icelle, récréation tu prennes, pourquoi as-tu envie ou
déplaisir si nous Troyens désirons en Ausonie élire siège de repos, puisqu’en étranges terres nos louanges perdues faut recouvrer ? Pour certain je
te dis que plusieurs occasions équitables et raisonnables de ce faire me stimulent :
j’ai nuit et jour tant en vigilant qu’en sommeillant en vision l’image
de mon père Anchise, qui assidûment m’admoneste d’être
imitateur de la Fortune prospère. Aussi mon fils Ascagne procure, que
sans plus différer je m’avance, réputant grande coulpe, que par le
trop long séjour en ce lieu d’Italie où il doit régner, je le fraude : d’avantage
je t’atteste et jure que Mercure l’interprète céleste m’a annoncé exprès
commandement de l’exalté Jupiter, que sans dilation d’ici je parte,
et que la volonté des dieux altissimes s’accomplisse, dont est nécessaire
mon absence sans y pouvoir aucunement résister : ce que considérant,

[Fueil. lxxxix. v°]

discontinue tes plaintes et exclamations si grandes : afin que par icelles
le tien et le mien cœur plus n’exagite : puisque manifestement tu connais
que de mon gré je n’investigue Italie : Car par puissance divine ma
volonté est forcée » : avec cette ultime excuse imposa fin à son parler. Lors
Didon de long temps inflammée comme femme animée et furieuse le
regarde, ne pouvant pour sa douleur intérieure aucune parole proférer :
Mais tournant ses tristes yeux en circonférence, sa belle et magnifique
cité contemplait. Et après longue spéculation, comme anxieuse et irritée
telles paroles forma :

Chapitre XVII. [Aen. IV, 365-391] : Didon voyant la détermination irrévocable de son amant, donna principe à plusieurs rigoureux propos, qui furent avec grande véhémence prononcés : Et après y avoir imposé fin, par superabondante angoisse tomba pâmée.

  • 118 « Caucase est montagne Orientale : ainsi appelée à cause de son extrême blancheur, car selon la lan (...)
  • 119 Rocs, rochers.
  • 120 Traître.
  • 121 Punition méritée (deserte est le déverbal de deservir, cf. anglais to deserve, « mériter » ; Robert (...)
  • 122 Pâle, blême.
  • 123 « Les champs Élysées, est le séjour des âmes qui par les jugements de Minos, Radamanthe et Éaque so (...)

17« Ô homme cruel, or ai-je certaine
évidence qu’en ta personne inhumaine aucune foi ou intégrité
n’habite, qui me fait persuader qu’oncques déesse ta mère génitrice
ne fut, ni jamais de l’antique générosité de la très illustre noblesse
Dardanique ton sang ne fut décoré : Certes il est plus facile à croire que
Caucase118 montagne inhabitée entre pierres, scopules119 et durs rochers t’a
engendré et porté : Et qu’après ta naissance infélice Tigres Hyrcains, cruels
et féroces t’ont leurs mamelles baillées pour substance nutritive :
Car tes façons et manières aux leurs sont en cruauté équiparables. Donc
(sans plus rien dissimuler) te puis bien nommer celui d’entre tous les
déloyaux amants le plus pervers et inique : puisque mon douloureux
gémissement n’a eu puissance à compassion te provoquer : Certes pour
mon affliction et amertume extrême, ce déloyal n’a jamais baissé les yeux
ni distillé d’iceux aucunes larmes cordiales, donnant indice par
ses gestes extérieurs, que de moi sa fidèle amie n’a eu pitié ni merci
tant est son cœur endurci, invétéré et rebelle. A cette occasion tant me
sens perturbée, que ne sais plus quelle chose première ou dernière je
dois exprimer, et me semble que Jupiter et Junon en cette affaire ne
sont de claire judicature, puisqu’en cet hémisphère foi assurée et stable
ne se retrouve : car simulation et feinte commune toujours la rend incertaine.
Hélas est-ce chose juste, que pour les bénéfices reçus, telle soit
la prémiation et loyer ? J’ai en ma terre reçu homme profugue, fugitif,

[Fueil. xc. r°]

exilé et spolié de tous biens par ses victorieux ennemis, par les lachrymes
et piteuses larmes, duquel par simplicité mulièbre ai été de telle compassion
mue, que de mon royaume, opulences et richesses, je l’ai fait
participant : et ai relevé des dangers mortifères sa sociale compagnie.
Et par ma faveur a été facile leurs détériorés navires réparer : et après toutes
ces grâces imparties, destituée d’hilarité et de toute consolation : et
accompagnée d’infélicités, angoisses, tristesses, pleurs, mélancolies et
douleurs, lui comme faux traditeur120 m’abandonne et délaisse. Ô foi
violée, Ô humaine lubricité, Ô intégrité en chacun lieu lacérée. Las
quelle altissime patience pourrait cette trahison si grande tolérer ? Certes
j’ai juste cause d’adresser mes déplorables complaintes aux déifiques
puissances, afin que selon droit et raison, quelque vindicatif jugement
sur toi se puisse promptement exécuter, à ce que toi étant puni
de déserte121 condigne, cela puisse passer en manifeste exemple, tant
aux modernes qu’à la postérité future, rendant tous amants timides d’ainsi
inconsidérément la foi violer. Mais que me sert la prononciation de
telles paroles, puisque toutes ces choses tu ne crains ? Car pour plus me
crucier et tourmenter, tu dis ta fuite par Apollon être exhortée, et que Mercure
associé des vents t’a dénoncé qu’il convient que plus outre tu chemines :
mais certes je m’émerveille comme te puis estimer, que par tes persuasions
chose si aliénée de la vérité je puisse croire. Est-il à présupposer
que les dieux pacifiques mettent en leur mémoire la cure et sollicitude
de ce que nous fragiles humains procurons ? Or ne prends plus cette dénonciation
divine pour excuse, et exécute ton désir comme il te plaît :
car je t’assure que plus au contraire je ne veux insister. Par quoi ne reste
plus que de dresser ta voile au vent, et avec curieuse diligence par les chemins
aquatiques poursuivre l’Italie, à laquelle tu dis avec assiduité aspirer :
mais pendant que tu seras imitateur de telle Fortune, je tiens pour
certain que si aux sublimes dieux aucune puissance consiste, tu porteras
du crime de ta foi violée et enfreinte la pénitence. Et quand tu te trouveras
proche des abîmes et dangereux scopules, remémorant ta faute
détestable, par plusieurs fois tu invoqueras mon nom, en disant : Didon,
Didon, Ô Didon chère amie. Et lors combien que ma personne soit absente
par opération mentale t’accompagnerai en tous lieux fatigants et pénibles :
mais quand la pallide122 mort aura fait séparation du corps et de l’âme,
certes mon ombre en tous lieux te suivra avec épouvantables feux
et flammes, afin de te propiner dommageuse attédiation : et ainsi ton corps
pour la coulpe de ton cœur infidèle, continuelle peine souffrira, dont renommée
me fera récit, lorsque serai conduite aux champs Élysées123, où
finalement prendrai repos. » En disant telles paroles, pour être de

[Fueil. xc. v°]

douleur extrême trop agressée, son dire fut syncopé : étant tellement angoissée,
que les passions de l’âme congrégées avec l’infirmité corporelle la
stimulèrent de la vue d’Énée se distinguer, pour en lieu taciturne se réduire,
laissant celui qui avait grande timeur, perplexité et doute dedans
son cœur imprimée, lequel bien estimait pouvoir à cette anxieuse dame
plus long propos tenir pour son douloureux gémissement diminuer :
Mais telle fut la superabondante angoisse d’elle, que par terre tomba pâmée.

Chapitre XVIII. [Aen. IV, 391-407] : Comme Didon étant en cette syncope, fut conduite en sa chambre. Et lors Énée considérant les anxiétés d’icelle, s’efforce avec son artificielle éloquence d’aucunement les angoisses d’elle mitiguer : puis après diversité de pensées, il commença de donner ordre à son absence.

  • 124 Servantes.
  • 125 Souvenir.

18À l’heure les pédissèques124 de Didon,
voyant cet inopiné accident (dont étaient fort contristées)
s’efforcent chacune de lui subvenir en cette syncope :
et firent bonne diligence de la relever et la transporter
en une ornée chambre : à laquelle conduite en
un lit somptueux la colloquèrent pour aucunement
ses lassés membres reposer. Lors Énée la voyant en telle extrémité réduite,
mit son sens et subtilité pour la dolente consoler et corroborer, lui
disant plusieurs suaves et melliflues paroles, imaginant par l’efficace d’icelles
ses regrets et plaintes séquestrer : et lui étant à cette chose vigilant
et ententif, ne se pouvait de gémissements contenir. Et par pluralité de
fois amour fervent lui fit sa détermination varier : Toutefois après avoir
assez médité et pensé, toutes amoureuses délectations repoussées, proposa
d’imiter sa Fortune pour le commandement et vouloir des dieux accomplir.
Cette sentence décrétée et affirmée, incontinent alla sa navire
visiter, dont ses consorts à l’instigation de lui diligemment leurs nefs et
blanches voiles appareillèrent, coupant les arbres circonjacents, pour force
avirons fabriquer. A ce faire usèrent de telle promptitude, qu’en petit
d’heure issirent de la cité pour partir, et de toute chose à eux urgente et
nécessaire, leurs restaurées nefs emplissaient. Certes tout en telle manière
comme ont accoutumé faire les Fourmis, qui par instinct naturel se
travaillent et affatiguent pour blé et autres grains accumuler : car ayant
record125 du futur temps Hivernal, ne cessent jusqu’à ce que leur petite

[Fueil. xci. r°]

logette soit bien amplement garnie. Ainsi cette noire compagnie chemine
et par lieux étroits et difficiles leurs proies portent, et les plus
forts au plus faibles et débiles secours donnent, et avec leurs épaules les
guident et soutiennent, faisant les unes les autres avancer : Par quoi
l’on peut facilement voir de leurs opérations (où chacune pourvoit) les
voies remplies. Tout ainsi faisaient les Troyens pour leurs navires garnir.

Chapitre XIX. [Aen. IV, 408-415] : De la peine mentale qui pouvait agiter le délicieux cœur de Didon, en contemplant les préparatifs d’absence. Et comment amour, qui en elle dominait et seigneuriait, l’instigua d’expérimenter d’avoir recours aux humbles et instantes prières.

  • 126 Opiniâtreté, obstination.

19Ô misérable Didon, quel est à cette
heure ton sens, quand telles choses avec la triste, tu peux contempler ?
quels soupirs, pleurs et exclamations peux-tu faire,
puisque de l’altitude de ta tour tu regardes le port marin d’iceux Troyens
mettant voiles au vent, pour de leur société à perpétuité te priver ?
Las tu pouvais bien avoir intelligence de leurs clameurs et vociférations
viriles, qui par la mer se dilataient. N’étais-tu donc à l’heure atteinte,
Ô infélice Didon, du dard rigoureux d’extrême douleur ? N’étais-tu
vulnérée cruellement de la pointe d’excessif et incurable regret, et consternée
par l’impétuosité véhémente d’amour infaillible ? Certes il est à conjecturer que oui :
Par quoi c’est chose admirable, que ta dolente âme lassée
d’être en sa prison corporelle, ne fit d’icelle prompte transmigration :
ce qu’elle eût fait, sinon qu’il te restait encore quelque espérance de
pouvoir par gracieuses paroles et douces persuasions, ton désiré Énée
révoquer. Ô amour improbe et abusive, est-il rien en ce monde où tu
ne fasses tous cœurs humains condescendre, sans à aucune chose (tant soit-elle difficile) pardonner ? Certes combien que Didon eût l’obstination et
pertinacité126 de son amant connue, si fut-elle derechef stimulée et pressée
d’avoir recours aux complaintes et piteuses lamentations : et expérimenter
si instantes déprécations auraient tant de vigueur, qu’elles pussent
mollifier le cœur d’icelui et le rendre à compassion flexible, afin que
les appareillées voiles voulut abaisser : par ainsi se soumettait à amour,
lui faisant obédience comme à son supérieur, et ne voulut rien omettre à éprouver
préalablement, que par cruel désespoir soit contrainte investiguer
Atropos, qui est unique refuge des cœurs affligés : donc adressant
son piteux propos à sa sœur, ainsi lui dit :

Chapitre XX. [Aen. IV, 416-436] : Comme Didon parlant à sa sœur Anne, doucement l’exore que transmigrer se veuille vers Énée, pour lui remontrer avec paroles suaves et melliflues, que pour quelque temps veuille sa future absence différer.

20[Fueil. xci. v°]

« Anne chère sœur, il t’est assez
facile de voir iceux Troyens : lesquels congrégés aux ports,
font extrême diligence de dresser au vent les voiles : déjà les mariniers
avec grand hilarité ont sur leurs chefs couronnes posées : las si j’ai
pu celle acerbe douleur espérer (sans que fut rompu le débile fil de ma vie)
bien sera en ta faculté de la y porter et tolérer. Et pour te rendre mon propos
plus intelligible, sans dissimuler, t’exorerai d’une chose que par ta discrétion
pourra bien être accomplie. Car je suis assez confermée en certitude
que le pervers et scélérat amant te portait fervente bienveillance et affection
singulière : ce qu’assez manifestait, par ce que jamais ses affaires secrètes
ne te voulut occulter : tu es celle seule à qui a été divulguée notre amour
et familière accointance. Or puisque de l’intelligence de cette chose digne
de silence tu participes, aller te faut, Ô très aimée sœur, devers l’ennemi nôtre
tant superbe : et en prononçant paroles melliflues, douces, et attractives,
remontrer lui pourras que jamais envers lui n’ai offense perpétrée, par quoi
telle cruauté je ne mérite. Certes oncques en Aulide à la nation Grecque
ne prêtai aide, port, ni faveur. Jamais ne jurai pour or ni pécune de la gent
Pergamée détériorer et exterminer. Oncques navires partant de Carthage
ne naviguèrent les ondes marines pour ravir ni emporter des éminents lieux
de Troie les dépouilles. Jamais je n’eus aspiration ni désir de séparer,
disperser, ou épandre les os d’Anchise le sien père : à quelle cause donc
ne veut-il en son oreille dure le travail que je tolère recevoir,
puisque je n’ai fait chose pour l’irriter ni son indignation encourir ? mais me

[Fueil. xcii. r°]

suis continuellement efforcée de le favoriser et gratifier, postposant toutes
autres choses pour l’honorer, obéir et aimer, et par ce devrait
considérer que si inhumainement ne doit être traitée la vivacité fidèle.
Or te transporte vers lui, et lui dis que pour toute prémiation, à toi
misérable un don final veuille concéder, c’est qu’il diffère son fugitif partement,
jusqu’à ce que le vent plus convenable et propice à ce faire le
provoque. Et si par grâce il se rend facile à l’exaudition de cette tienne
requête, tu le certioreras que dorénavant ne le sommerai de la foi promise,
par lui violée et enfreinte, jamais la chose entre nous faite conjonction
nuptiale ne nommerai, aussi plus ne le supplierai que la région Italique
veuille oublier ni dérelinquer : Car pour toute récompense rien
ne demande que temps perdu à consumer en vain, c’est la précipiteuse
fureur qui me crucie et tourmente, afin que par succession de temps Fortune
me puisse insinuer et instruire, comme il faut que moi vaincue apprenne
d’avoir recours à la vertu de patience pour ma griève douleur
soutenir et tolérer. Or t’exore de cœur intègre et parfait, que puisqu’à
moi cet ultime bien il dénie, aie de ta sœur dolente compassion, laquelle
n’ayant de ta bénignité autre grâce implorée, te certiore que si ce
singulier bien à ton occasion lui succède, par elle rémunérée en seras premier
que par mort ses anxieux jours soient anticipés. »

Chapitre XXI. [Aen. IV, 437-449] : De la diligence que fit Anne pour la volonté sororale accomplir : Mais Énée résistant à toutes persuasions, ne lui voulut aucune audience donner.

  • 127 Soufflements.

21Continuant tels lachrymes, pleurs
et soupirs, faisait ses instantes et douces supplications, lesquelles
entendues par sa sœur Anne à ses angoisses participait, et se
manifesta diligente, pour selon qu’elle était instruite, sa commission
accomplir. Car sans dilation se transportant au port, fit ample
récit à Énée des dolentes et assidues lamentations sororales, aussi ne faillit
de lui faire les remontrances qu’elle conjecturait être aptes, pour l’induire
et convertir à différer son absence : mais nuls pleurs ou gémissements
le purent de sa délibération aucunement démouvoir. Car à la voix de
celle qui tant piteusement se plaint ne veut audience prêter, parce que
les divines dispositions fatales ne le permettent : mais le voulant à meilleur
sort conduire, par une surdité clouent les oreilles siennes : afin que les exclamations
et douloureux regrets ne puisse ouïr : toutefois était ainsi

[Fueil. xcii. v°]

agité comme un éminent Chêne antique, assis sur l’altitude d’une montagne,
où le grand vent s’efforce par divers bouffements127 le démolir, et se
met dedans les branches arides faisant plusieurs tours tout à travers,
dont advient que par l’assiduité et impétueux bruit de telle guerre, tant
le tourmente qu’il semble parfois sa pondérosité en terre se prosterner :
Mais toutefois n’a le vent tant de puissance, que par son effort démolir
ou extirper il le puisse : mais sur le rocher appuyé et planté en sa profondeur
radicale l’arbre demeure. En telle sorte par fréquente et continuelle
voix était à celle fois tenté et stimulé Énée, qui lui donnait cause de
grande anxiété et attédiation : mais après avoir en lui-même la chose
bien disputée, sa pensée demeura ferme et constante, par quoi des pleurs
et larmes en grande superabondance distillées l’opération fut vaine.

Chapitre XXII. [Aen. IV, 450-477] : De l’extrême angoisse que souffrit Didon pour être d’espérance destituée, et de ce qu’il intervint au sacrifice qu’elle fit avec narration de ses anxieuses imaginations et furieuses pensées. Et de la détermination par elle prise pour ses jours anticiper.

  • 128 Plainte.
  • 129 « Penthée méprisa le Dieu Bacchus lors qu’il fit son entrée à Thèbes, dont advint que pour punir le (...)
  • 130 « Oreste fils d’Agamemnon, commit homicide en la personne de sa mère Clytemnestre, parce qu’elle et (...)
  • 131 Vengeresses.

22[Fueil. xciii. r°]

Incontinent que Didon fut avertie
que l’invétéré vouloir de son amant était immuable, l’amoureux
cœur d’elle étant de désespoir assailli, ne voulut permettre
en sa pensée aucune consolation assister : mais au contraire y fit comparaître
excessive perturbation, amertume et tristesse : et labourant au sort
fatal, pour de telle calamité être libérée, continuellement la mort désirait,
déjà lui était tédieux et ennuyeux du ciel la reluisance et clarté :
aussi lui était odieuse de Phébus l’irradiante lumière, parce qu’elle
aspire des ténèbres mortelles s’approcher : Et afin qu’à son intention
se put promptement ensuivre l’effet, voulut son sacrifice faire et aux
encensés autels offrir dons : qui sont certes merveilleusement horribles
à réciter, d’autant que les eaux sacrées qu’elle avait appareillées, furent
tôt en couleur noire converties : et le pur vin qu’elle fit épandre, en sang
obscur tout subit fut transmué, qui étaient indices de chose prodigieuse
et épouvantable : Toutefois à nul ne le voulant divulguer, tint cette chose
admirable latitée et secrète, de sorte que sa sœur même ne le put
savoir. Or y avait en ce lieu un temple très insigne que le mari d’elle
en son vivant avait fait élever et ériger. A cette occasion Didon donnant
évidence d’amour intègre et parfaite, l’honorait et vénérait. Et en plusieurs
saisons, de diversité de fleurs odoriférantes le faisait orner et décorer :
lors lui fut avis qu’elle ouït la parole et piteuse querelle128 de son mari
décédé, qui par diverses fois l’appela. Et quand la nuit avec sa ténébreuse
ombre eût rendu la face du reluisant jour obscurcie, elle entendait
le son du chat-huant plaindre, gémir et lamenter. Toutes ces choses l’induisaient
à être perplexe et douteuse, mêmement elle recogitait qu’au prétérit
plusieurs devins lui avaient sa future infélicité dénoncée. Par quoi
autre expectation que la mort ne lui restait : puis quand sa dolente personne
était dedans le triste lit couchée, assidûment assistait en sa pensée
le souvenir de celui Énée son pervers et déloyal amant : et était d’amour
invincible si agitée, qu’en tous ses songes nocturnes son sens imaginatif
lui faisait sembler, que par diverses régions et contrées cherchait
celui qui envers elle offense si griève avait commise, puis comme femme
de sens aliénée, investiguait en la terre déserte les Tyriens : toute en
telle manière comme en bref pensaient faire les ennemis, qui déçurent
Penthée129, lui exhibant furies tant acerbes, que deux soleils et deux Thèbes
pensait voir : ou tout ainsi comme le jeune Oreste130, qui pour sa vicieuse
mère fut fugitif, s’aliénant de la sévérité rigoureuse des déesses de
fureur ultrices131. Ainsi donc était Didon cruciée et tourmentée sans
se pouvoir en tranquillité reposer. Et après avoir en son affligé cœur sa
véhémente douleur conçue, et qu’étant vaincue de regret, eût

[Fueil. xciii. v°]

consulté et déterminé le temps et la sorte de son mourir, elle s’approcha de sa
sœur : et tenant occulte le délibéré conseil, dissimula l’anxiété intrinsèque
que la précipiteuse charge d’amour lui causait, donc avec beau semblant
et sérénité en face, ces paroles subtilement excogitées prononça :

Chapitre XXIII. [Aen. IV, 478-498] : Comme Didon dissimulant sa délibération mortifère, persuade à sa sœur que l’user d’art magique sera apte pour le faux amant oublier : par quoi à sadite sœur obsècre préparer plusieurs choses pour sacrifier, qu’elle dit être ordonnées par celle de qui l’art d’elle veut ensuivre.

  • 132 « Éthiopie fut ainsi appelée de Koush, fils de Cham duquel les Éthiopiens ont pris origine, car Kou (...)
  • 133 Du soir.
  • 134 Brillant, éclatant.
  • 135 Gardienne.
  • 136 « Les Hespérides filles du grand Atlas, avaient un délectable jardin, où croissaient les dorées Pom (...)
  • 137 Entoure.
  • 138 Capables de tout (de conduire en tous sens, sur latin ducere).
  • 139 Ramener, réduire.
  • 140 Infâme, abominable, dont on ne saurait parler.

23« Je te supplie, ô douce sœur, que
plus ne te veuilles contrister ni angoisser : Car à mon douteux
affaire j’ai trouvé voie de remède : par laquelle pourrai révoquer
et ramener le cruel amant, qui pour être aliéné de pitié me dérelinque,
ou pour le moins serai de la promesse quitte et réduite en ma pristine
liberté : et pour t’avertir du moyen à ce apte et convenable, te faut
entendre qu’un lieu y a ès ultimes parties de l’Éthiopie132, où le resplendissant
Phébus au point Occidental, et à son heure vespertine133 fait retraite
déclinant dedans l’Océan son grand et refulgent134 curre, là où le puissant
Atlas sur son épaule l’Axe du ciel et du firmament porte. Certes en ce
pays m’a-t-on nommée une prêtresse : qui est merveilleusement fameuse,
étant custode135 et garde du temple où sont les Nymphes Hespérides136, c’est
celle qui administrait viandes au grand dragon, qui les dorées pommes
aucunement n’abandonnait, et conservait feuilles et fleurs sacrées distillant
miel aux autres fort différent, et aussi le pavot, qui est herbe très
somnifère. Or est ainsi que de la prédite dame les charmes ont tant d’efficace,
qu’elle dépose des anxieux cœurs toute tristesse et leur restitue leur
hilarité première. Et ainsi qu’aux aucuns donne plaisir et lætification,
aussi peut-elle aux autres fâcheries et peines inférer, et tout ainsi, qu’elle
dispose, les choses interviennent. Certes tant est grande sa possibilité qu’elle
arrête dedans les fleuves les eaux liquides : et les cours sidéraux, selon
son vouloir fait tourner : et quand les nuits sont obscures et ténébreuses,
elle circonde137 et environne les formidables fantasmes nocturnes,
dessous ses pieds fait un bruit qui aux auditeurs grande terreur donne :
puis fait descendre en diverses sortes les altitudes des montagnes
tant sont inventifs et ductibles138 les arts dont elle sait user. Toutes ces

[Fueil. xciiii. r°]

choses considérées, Ô chère sœur, je jure tous les dieux, j’atteste toi et
ton gracieux chef, que je saurai quelle puissance en art magique consiste,
combien que contre mon vouloir l’expérimente. Or puisque je
t’ai ma conception déclarée, j’espère donner à la chose préméditée bon
principe, t’avisant que l’urgente nécessité requiert, qu’en lieu secret et taciturne
tu te transportes, où une très grande Pyramide de bois et paille tu
fabriqueras : et en ce faisant faut que tu sois si subtile, que de nul la chose
soit aperçue : Car si elle n’était en silence conservée, notre fait en
pourrait trop empirer. Or usant de ta prudence et discrétion accoutumée,
cela achevé, tu prendras l’épée que celui faux traditeur a en ma
chambre laissée, aussi n’oublieras ses accoutrements, et le lit infélice et
misérable où notre conjonction matrimoniale fut consommée, et toutes
ces choses sur le bois accumulé tu poseras, à ce que le feu tout à une
fois les puisse rediger139 en cendres. Car la Devine (de laquelle je veux l’art
magique imiter) m’a ordonné que si j’aspire en pacifique tranquillité ma
débile vie passer et à mon sort facilement parvenir, que rien de cet homme
pervers, cruel et nephande140 je ne réserve, tant soit appréciée ou de petite
estime la chose. »

Chapitre XXIV. [Aen. IV, 499-503] : Anne ignorant la détermination de Didon, prépara promptement toutes choses, selon l’instruction donnée.

  • 141 Remarquable, supérieure.

24Ces mots prononcés, imposa fin à
son propos : et pour être sa douleur intérieure trop extrême,
fut la vivacité du teint de sa préclaire141 face en couleur pâle convertie :
Toutefois sa sœur Anne ne conjecturait que sous simulation
occulte de nouveau sacrifice elle eût délibéré son trépas ainsi pallier : jamais
n’eût présumé que si exécrable maléfice osât perpétrer ni commettre,
ni qu’amoureuse fureur pût si énorme rigueur exécuter, point ne se
persuadait qu’en l’intériorité de son cœur fut encore insérée de son ami
Sychée la griève et immaturée mort. Par quoi étant de l’entreprise mortifère
ignorante, ne différa la chose proposée accomplir, ce que promptement
fut achevé : car le facteur du commandement de Didon était assez
amplement informé.

Chapitre XXV. [Aen. IV, 504-533] : Des préparatifs que fit Didon simulant vouloir exhiber sacrifices. Et comment avec voix lamentable, elle invoquait les déifiques puissances.

  • 142 Bâtisse.
  • 143 Guirlandes (souvent faites de fleurs : « chapeaux de roses »).
  • 144 Autour du bûcher.
  • 145 Source.
  • 146 Habile au fait (c’est le « charme d’amour » chez Virgile, v. 515-516).

25[Fueil. xciiii. v°]

Incontinent que la dolente
Reine entendit, que suivant sa détermination au plus silencieux
et secret lieu de son spacieux palais la pourprise142
de bois était fabriquée, elle usa de feintive dissimulation
pour son intention latiter : Car faisant semblant de
charmes et enchantements vouloir commencer, garnit la place de chapeaux143
et de fleurs diversifiées, belles et odoriférantes, puis avec ses candides
mains fit ceinture de fleurantes violettes, par l’artifice de nature
diaprées de plusieurs délectables couleurs : lesquelles en circuit de la pyre144
furent par elle adaptées, et posa dessus les accoutrements somptueux et
riches du préallégué Énée, son épée et effigie, selon la sienne face au vif
portraite. Et ainsi celle qui de son ultime jour n’était ignorante, au séjour
funéral le tout posait : tout alentour duquel autels furent en grande
promptitude érigés. Lors Didon ayant à l’heure ses splendides cheveux sans
ordre épars, invoqua à son aide Hécate à triple forme, Chaos, Érèbe
et la face virginale de Diane, pour épandre les eaux du fons145 Averne :
plusieurs herbes tendres et délicates à la splendeur de la Lune fit accumuler
avec le jus et lait de très obscur et noir venin, pas n’oublia la
chair au fait adextre146 que les Poulains ont au chef à leur naissance. Et après
avoir ces choses ainsi propinées, toutes accumulément les fit moudre :
cependant que cela se faisait, elle ayant un pied nu et sa robe
close et ceinte, commença à former plaintes et exclamations piteuses,
comme femme qui l’appropinquation de la mort sentait. Et par ce attestait
les dieux et rutilants astres, qui des ruines fatales occasion donnent.
Aussi n’oubliait le dieu, qui des amants prend cure et sollicitude : combien
qu’il ne le fasse à l’égal de la nécessité extrême. Or était celle nuit claire
et de sérénité remplie, et toute chose était pacifique qui inclinait tous
corps terrestres et opérations naturelles à prendre le doux, suave et plaisant
repos : en grande tranquillité et silence étaient les bois et forêts : et
les étoiles (dont le ciel était paré, décoré et orné) faisaient lors leur cadence,
et tous champs étaient sans aucun bruit, et les animaux tant
volatiles que sylvestres et aquatiques, étaient tous pleins de somnifère
silence : et bref toutes choses en forêts, buissons, ou rivières en diverses
sortes se reposaient, donnant pour l’heure trêve de souci à leurs cœurs,
en oubliant toutes laborieuses peines : mais pour certain Didon trop anxieuse
et infélice, ne put sa cure pénible et fatigante déposer. Et combien
que le temps fût au dormir accommodé et propice, son désir n’aspirait
de colloquer sur la douce plume ses fatigués membres pour aucunement
les refociller, oncques à ses tristes yeux, ni en son angoissé cœur
ne se put trouver tranquillité ni repos : Mais au contraire les travaux

[Fueil. xcv. r°]

soufferts augmentèrent son deuil, sans que l’humide sommeil pût sa personne
occuper. Et à l’heure l’amour qui était si vivement dedans son
cœur insérée, avec sa grande véhémence s’alluma, que la stimulation d’ire
furieuse, qui mentalement l’exagitait, telles paroles lui fit proférer :

Chapitre XXVI. [Aen. IV, 534-552] : Didon en soi grièvement angoissée et adolorée fait ses piteuses complaintes avec diversité d’opinions : mais finalement se détermine à son propos mortel poursuivre.

  • 147 Forcer, contraindre.
  • 148 Influence (des planètes).
  • 149 Raffinées, élégantes (latin politus).

26« Ô misérable et dolente qu’ai-je déterminé
de faire ? est-il possible à mon affaire pourvoir ? serait-ce à
présent chose à moi licite et honnête de pourchasser par humbles
déprécations les exaltés et hauts seigneurs : desquels j’ai indiscrètement
refusé la conjugale alliance ? Certes non, car de leur sublimité j’ai fait
trop petite estime. Faudra-t-il donc que diligemment je suive les navires
d’iceux Troyens, sous imagination qu’eux, comme gens graves
et non usant d’ingratitude, soient records des bénéfices prétérits, dont
les ai effusément gratifiés ? Quelle espérance de consolation future pourrait
en moi faire naître le vouloir que pour ultime recours, jusqu’à ce
point me rendisse humble ? mais encore qui seraient ceux si prudents
médiateurs, qui se transmigrant vers eux en nefs superbes, pourraient mes
anxiétés et douleurs si piteusement exprimer, que par raisonnable occasion
fussent commus à quelque commisération intérieure ? Certes en cela l’expectation
serait vaine et inutile, puisqu’une fois ai été par outrageux
refus contemnée et déprisée. Las ne connais-tu encore, Ô pauvre femme
perdue, la génération inique originée et descendue de Laomédon
homme rigoureux et sévère, et qui jamais ne fut zélateur ni observateur
de vraie fidélité : mais l’a toujours enfreinte et violée ? ce que ses postérieurs
ne veulent discontinuer, par quoi tu es d’espérance destituée : puis
que cette lubricité entre eux pullule, quelle vie donc pourrait être
la tienne ? Ô infélice Didon, serait-il bien en ta faculté de régner et conduire
ton affaire sans auxiliation et aide, cherchant ces Troyens inexorables,
en faisant prompte congrégation de mes gens, pour naviguer en
ordre militaire après cette génération ennemie ? Las je suis en grande
timeur qu’en cette extrême affaire ne défaillent à l’observance de l’obédience
due : ne me pouvant persuader ma prérogative et commandement envers
eux avoir tant d’efficace, qu’ils se condescendissent au péril de la mort
eux exposer : Considéré qu’il m’a été bien difficile les pouvoir de

[Fueil. xcv. v°]

Sidonie distraire : comment donc les pourrai-je à cette heure compulser147,
et contraindre tendre leurs voiles pour diligemment la scélérate et perverse
nation Troyenne suivre ? Pour certain chose si ardue en ma puissance
ne consiste. Et puisque toutes ces choses imaginées à te favoriser ne sont
aptes, mieux vaut Ô femme misérable que sans plus différer tu meures.
Hélas je ne sais toutefois comme j’aurais telle peine méritée : mais quelle
influxion148 du ciel, maligne étoile ou esprit adversaire permet, que
moi dolente par un énorme coup d’épée de vie me destitue ? las qui
eût pu juger par conjecture que mes polides149 et blanches mains eussent
été nées, pour en ma propre personne homicide perpétrer, vu ma félicité
précédente ? Ô ma sœur Anne, très maudite fut l’anxieuse journée
en laquelle tant par mes lachrymes, que par ma piteuse narration, te fis
savante de ma secrète conception amoureuse : Laquelle ainsi fidèlement
déclarée, fut prompte à vaincre ta raison : par quoi tu fus principale cause
(comme tu sais) des passions et angoisses qu’il faut que moi calamiteuse
assidûment souffre et endure, tu me fis élire pour ami celui qui
à présent comme cruel ennemi inhumainement me traite. Las n’était-il plus décent et convenable d’avec perpétuelle viduité le vivre pudique
conserver ? ainsi que font plusieurs animaux : lesquels combien que leurs
âmes soient seulement sensitives, et non point rationnelles ni intellectives
comme les nôtres qui sont immortelles, si ont-ils certain instinct
naturel qui après la séparation de leur partie première honnêtement les
fait vivre sans aspirer avec autre en acte charnel convenir, entre lesquels
doit être numérée la chaste Tourterelle, qui après avoir perdu son pareil
n’a autre exercice que perpétuel gémissement, et sur branches vertes plus
ne repose. Ô que ce m’eût été souveraine béatitude si en cela à icelle je
m’eusse pu conformer : mais la douce suasion de toi ma sœur me fit
conclure de faire conjonction nuptiale avec cet inique homme, dont
n’ai pas observé la promesse de pure et sincère loyauté à la cendre de
mon défunt Sychée. »

Chapitre XXVII. [Aen. IV, 553-570] : Comme l’annonciateur des dieux Mercure derechef s’apparut à Énée, l’admonestant que sans dilation se départe, et l’avertit que si promptement ne le fait, il pourra en grand péril succomber.

  • 150 Une des Moires, équivalentes grecques des Parques.
  • 151 Piéger.
  • 152 Jetés.
  • 153 De renard : rusée, fausse.

27Didon faisait donc regrets accompagnés
de grandes effusions de larmes : Et cependant Énée
qui avait ferme et irrévocable propos de s’absenter, dedans sa nef

[Fueil. xcvi. r°]

se reposait, attendant que les heures nocturnes fussent passées, lors Mercure,
conducteur des âmes, et annonciateur des dieux s’apparut à lui avec
une préclaire lumière, qui de son corps céleste émanait : sa forme, couleur,
accoutrements et voix, étaient à la primitive apparition semblables,
et les paroles qui s’ensuivent à Énée dormant commença à prononcer,
« Fils de déesse, quelle est l’occasion qui à cette heure au paresseux
dormir te provoque, étant chargé de si ardues et altissimes affaires ? Certes
tu devrais précogiter le péril éminent à la proximité duquel est ta
personne, et qui de toutes parts circuit et environne ta déterminée entreprise.
Ô homme de trop grande simplicité rempli, ne considères-tu le
vent doux et favorable, qui à t’avancer t’exhorte et instigue ? pourquoi
donc en extrême promptitude ne prends-tu la voie de ton partir, qui
t’est chose bien urgente, t’avisant que celle femme, qui par amour trop
fervente des dangers de Lachésis150 et de ses sœurs est prochaine, excogite
fraudes, dols, ennuis, et controverses pour t’insidier151, empêcher et
nuire ? à quelle cause donc n’est ton vouloir plus excité de ce lieu te
séquestrer, puisque l’opportunité s’y offre, et que la chose en ta puissance
consiste ? Pour certain sans grande dilation tu pourras voir les ondes marines
pleines d’arbres et bois occultement en icelles jaculés152, puis surviendront
innombrable multitude de gens garnis de torches pour lumière
leur prêter, qui s’efforceront de vos nefs lacérer et rompre. Et à ce ne pouvez
faillir si le matutinal point du jour attendez. Et par ce dois-tu méditer
d’obvier au péril que cette vulpine153 subtilité mulièbre contre toi conspire.
Or je t’admoneste ne plus tarder, car tu as assez d’intelligence que toujours
mobile, variable et instable est la condition féminine. » En cet endroit,
le messager Mercure imposa fin à son parler : puis subitement se
disparut et se mêla dedans l’obscurité des nues.

Chapitre XXVIII. [Aen. IV, 571-583] : Comme après que se fut séparé Mercure, Énée excité du sommeil promptement se lève : et après avoir instigué ses gens leur référant les paroles annoncées, sans plus différer se départirent.

  • 154 Esclaves, serviteurs.

28Après que se fut absentée cette personne
céleste, Énée demeura en grande admiration de ce qu’en
son repos de la secrète nuit avait telle prononciation ouïe, qui
lui donna occasion de promptement se lever et d’exprimer à ses consorts
telles paroles : « Ô mes amis fidèles : puisqu’il est manifeste que l’opportunité
du temps requiert grande diligence, il faut nécessairement que vos

[Fueil. xcvi. v°]

courages magnanimes, vos généreux esprits excitent et éveillent, aspirant
de plus en plus à notre louable entreprise : pour à laquelle parvenir,
chose n’y a plus apte que de donner principe à notre délibérée absence.
Or donc sans plus différer, montez aux Hunes et dressez au vent les
voiles. Et pour votre vouloir corroborer, vous certifie que de l’altissime
sublimité du ciel m’ont été certaines nouvelles dénoncées, par lesquelles
je suis averti que c’est chose très urgente de nos affaires anticiper, et
si ainsi ne le faisons n’y aura faute que grand et éminent péril ne nous
succède. Et par ce mettons peine de nous régir et gouverner, selon l’instruction
divine. Ô très saint et exalté dieu, duquel l’altitude s’est tant
humiliée, que de descendre des olympiques manoirs en cette région terrestre
et inférieure, pour à nos apparents futurs périls obvier. Certes quelque
que tu soies, ton utile conseil imiterons avec délibération de totalement
tes préceptes et commandements accomplir. Or soit ta supernelle mansuétude
placide et secourable, et concède à nous tes humbles et perpétuels
mancipes154, quelque certaine puissance sidérale, qui sûrement nous conduise. »
Après ces paroles proférées prit son épée, avec laquelle sans plus
délayer coupa la corde qui sa grande nef tenait : dont tout subit à l’aide
des ministres d’Éole, commencèrent les ondes de Neptune naviguer.

Chapitre XXIX. [Aen. IV, 584-621] : Description du deuil extrême que fit l’angoissée Didon voyant l’absence de son ami Énée, et des gestes extérieurs d’elle. Et aussi des diversités de propos qu’amour fervente lui faisait furieusement prononcer.

  • 155 Rayons.
  • 156 Déchirait.
  • 157 Trouble.
  • 158 « Ici est ajoutée la narration de la pluralité des noms du Soleil, avec la signification d’iceux » (...)
  • 159 Littéralement : aux cheveux d’or, blond.
  • 160 « Ici est ajoutée l’interprétation des noms de Junon, avec la déclaration de la sublime et exaltée (...)
  • 161 Régner, gouverner.
  • 162 Insolence, effronterie.
  • 163 Récompenser.
  • 164 « Ici est ajoutée la diversité des noms de la Lune, avec les puissances et propriétés d’icelle » (n (...)
  • 165 « Euménides furies ou rages sont filles d’Achéron l’horrible fleuve qui signifie perdition de joie  (...)
  • 166 Où il y a des serpents.
  • 167 Sic, sans doute pour qu’un superbe.
  • 168 Vaincus.
  • 169 Qu’on ne fasse l’aumône d’aucune chose.
  • 170 Vides.

29Tôt après la belle Aurore démontrant
sa splendeur, faisait aux lieux terrestres sa lumière
irradiante dilater, délaissant le doré lit de Tithon son
époux, acceptant le clair Phébus, qui avec assiduité de
ses lucides rais155 l’universel monde illustre : quand la dolente
Reine voyant cette matutine clarté vers les ports marins, sa triste vue
adressa, contemplant les nefs Troyennes, qui avec voiles tendues la fertile
et opulente Carthage abandonnaient, lors la très désespérée dame
voyant ses infélicités superabonder, fut de si précipiteuse ire atteinte, que
comme femme totalement aliénée de raison, par la force et violence du
venin vénérique, qui son cœur anxieux avait contaminé, ne résidait en
elle tranquillité ni repos : mais était en continuelle guerre. Car avec ses

[Fueil. xcvii. r°]

belles mains donnait grands et énormes coups contre sa blanche, tendre et
délicate poitrine : et augmentant en elle trop véhémente fureur, ses beaux
cheveux aurins dilacérait156 et rompait, et comme de cette cruauté
ses fatiguées mains faisaient l’office, elle formait diverses complaintes
et exclamations très piteuses, et adressant son parler aux sublimes dieux,
ainsi commença à dire : « Ô dieux souverains, votre supernelle puissance
permettra-t-elle que ces superbes Troyens ainsi désespérée me laissent ?
Cet aduene et étranger vint-il en notre empire de notre majesté royale,
tant de bénéfices et gratitudes recevoir, pour puis après nous rémunérer
de manifestes dérisions et ridicules moqueries ? Certes tel opprobre
et injure ne se doit sans cruelle vindication passer : mais pour iceux
Troyens opprimer et molester, avec armes et glaives se devrait faire prompte
et diligente poursuite. Hélas les nobles Citadins de Carthage souffriront-ils offense si exécrable ? certes je ne le puis croire. Or donc
pour ne me frustrer de l’espérance que j’ai en vos magnanimités reposée,
Ô nobles Carthaginois, qui fidélités nous devez, et qui participez
aux injures inférées à ma personne, appareillez-vous sans plus différer, et
avec vous portez feux et flammes pour les nefs Troyennes détériorer : et
s’il n’est en votre faculté de si tôt les approcher, comme notre désir aspire,
vous étant garnis de dards, avec force virile les pourrez jaculer contre
ces gens détestables et abominables. Poursuivez-les donc à force d’avirons,
vous assurant que nous-mêmes ne faudrons à y assister. » Après ces
paroles, soudainement changea de propos, et dit ainsi : « Las qu’ai-je dit
quelle fureur fait ores en ma pensée mutabilité assister ? Ô infélice Didon,
ta grande infortune trop près te touche, et est le remède si tardif, que ton
mal se trouvera incurable : Tu devais ceci déterminer et y faire l’effet en
suivre, quand la chose en ta puissance consistait : et si ainsi l’eusse fait, tu ne
te fusses présentement lamentée de la variété de cette humaine virile condition.
Ô combien de dommages, calamités, et ruines par le trop se fier se souffrent ?
ce qu’à cette heure par expérience je connais. Las est-ce là foi intègre
et indubitable loyauté ? la dextre, juste et pleine de fidélité que la fame
vulgaire publiait en ce pervers homme résider ? Mais le tout bien considéré,
qui eût été la personne de si grande sapience garnie, qui eût pu conjecturer
la malice intérieure d’icelui simulateur, quand par ses opérations
extérieures lui donnait ombre, ayant préservé et sauvé ses dieux Pénates,
les transmigrant de la dépopulée et exterminée Troie, pour avec lui les
transporter. Outre ce, pour se feindre enclin à tout office de pitié et filiale
bienveillance, dessus son col son antique père portait, afin de le conserver
des ardentes flammes, et aussi pour les périculeuses ondes passer.
Par ainsi voilà les subtiles et falsifiées manières comme sa cruauté

[Fueil. xcvii. v°]

occultait : laquelle depuis il a en moi exercée. Ô scélérat et déloyal, regarde
combien grande est ta trahison intolérable, de laquelle à juste cause cruelle
vengeance je requiers. Las pourquoi n’ai-je pu son corps vif dilacérer,
dérompre et détrancher ? Et puis après de l’altitude de mon palais jeter ses
détestables membres en la profondeur de la mer, pour purger la terre de si
maudite personne ? N’ai-je pu faire le pareil de ses consorts, afin que de
lui et de ses malicieux adhérents la mémoire fût périe ? ou bien que j’eusse
anticipé les jeunes jours de son fils, imposant fin à sa vie par mort cruelle ?
Et puis après cette chair puérile faire cuire et la présenter sur la table au
survivant père : la déception frauduleuse duquel, a bien plus énorme punition
desservie. Véritablement je l’eusse fait si j’eusse été de son inique
intention confermée en certitude : mais pour être la chose dubitable, j’ai
différé. Or plût à la sublimité divine que je n’eusse fait tant de doute
en chose certaine, afin que croyant être ferme l’entreprise, comme depuis
est intervenue, j’eusse tous leurs navires et tentes brûlées et en cendres
redigées : j’eusse par mort ignominieuse fait le père et le fils à la nature
renoncer : et n’usant aucunement envers ses adhérents de miséricorde,
les eusse en pareil cas fait misérablement mourir : et moi-même accompagnée
de désespoir et rage furieuse, pâle et décolorée me fusse
sur eux posée, et de mes propres mains occise. » Telles paroles prononçait
Didon en cette turbation157 : lesquelles souvent étaient interrompues par ses exclamations,
plaintives : entremêlées de plusieurs sanglots : puis reprenait
son lamentable propos, disant en cette manière : « Ô lumineux soleil158 qui
tout vois et spécules, et qui à tous lieux terrestres, par ton cours radieux, donnes
lustre, et auquel sont diversités de noms imposés, l’on te nomme aucunefois
Phébus, qui signifie jeunesse et adolescence, en considération que
chacun jour tu fais nouveau orient : l’on t’appelle Pythius, à cause du grand
et venimeux serpent Python, dont tu rapportas la victoire : l’on te nomme
Auricome159, pour la reluisance et similitude que tu as avec la préciosité de
l’or : l’on te nomme Clarius, pour l’honneur que l’on t’exhibe en l’île
de Claros : Tu es aussi appelé Delphique, pour le temple de Delphes :
auquel lieu se font les oracles à cause que tu es Dieu de vaticination :
Aussi en ta sublimité consiste le pouvoir de toutes opérations médicamentes,
comme celui qui en est auteur. Or te supplie, moi misérable,
que considérant l’exécrable trahison par celui maléfique perpétrée,
que si quelquefois il se trouve indigent et nécessiteux de tes divines
puissances, tu ne lui sois aucunement favorable. Ô opulente Junon interprète
de telles cures et de la chose entre nous consommée et accomplie,
Pourquoi ta divinité exaltée, qui préside aux mariages légitimes,

[Fueil. xcviii. r°]

ne prend-elle la due vengeance du faux amant qui contemne les déifiques
puissances, voulant être annulateur et destructeur de tes saintes et
chastes lois. Certes la considération de telle coulpe devrait provoquer
ta majesté très sacrée à le priver de toute sa future espérée félicité. Je sais
assez, Ô déesse supernelle, que des richesses tu as la domination160 et ton
nom de Junon qui émane de ce mot Latin Janua, autre signification n’apporte,
sinon qu’à tous nobles cœurs tu donnes entrée et ouvres la porte des
possessions, biens et richesses. Aussi es-tu appelée Lucina, parce que tu
leur donnes lumière pour iceux augmenter. Or puisque de ces choses
est décorée ta déifique puissance, je t’exore que d’autant que son ambitieux
vouloir aspire d’impérer161, dominer et seigneurier, tu ne le veuilles
aucunement permettre : puisque les distributions des couronnes royales
et impériales et de toutes terrestres monarchies, avec la possession d’or
et pierre précieuse en la puissance de ta sublime altitude consistent. Donne-
lui donc pour le moins cette punition, ne souffrant que lui indigne
participe des fruitions de tes dons, en manifestant que ta divinité
n’est moins apte à dompter la protervité162 des inobéissants, qu’à prémier163 et
guerdonner ceux qui le méritent. Or paye donc de déserte condigne la
pertinacité et obstination de ce délinquant par accomplissement de justice.
Et toi Hécate à triple forme ululée et réclamée ès temps nocturnes, et
qui par diversités de noms164 es invoquée aucunefois Trivia, parce qu’en
trois lieux se dilate ta puissance : au ciel, tu es appelée Luna : ès forêts, Diane :
et ès enfers, Proserpine, et par les magiciens es invoquée Hécaton,
c’est-à-dire cent, parce que tu as cent puissances. Ou parce qu’en l’obscur
royaume où préside Minos, tu ne fais réception de personne, sinon
cent ans après sa sépulture : je t’obsècre par toutes ces tiennes divines
propriétés, que si quelquefois le pervers amant en ses urgentes affaires
se voulait des arts nigromantiques aider, ne lui sois aucunement favorable :
mais lui soit toute science d’art magique occulte et cachée. Et
vous Euménides ou rages infernales165 qui êtes ultrices du méfait : puisque vous êtes accoutumées d’exagiter l’humaine génération, dressez vos
cheveux colubrins166, et par continuels épouvantements soyez stimulatrices
de cet homme scélérat et pervers : et avec vos ardentes torches
intoxiquées du venimeux feu infernal, embrasez et brûlez ses faux et
cruels membres, afin que promptement son âme polluée, fétide et contaminée,
soit avec les ombres damnées réduite, pour être numérée avec
ceux qui de coutume mauvaise ont cette transitoire vie passée :
lesquels seront toujours exagités à l’horrible jugement d’Érèbe et
traités sous l’obscure et ténébreuse région de Chaos. Or ne différez
plus, Ô rages infernales, afin qu’augmentent le nombre des âmes

[Fueil. xcviii. v°]

dolentes qu’assidûment cruciez et tourmentez. Et vous tous les dieux
voyant le piteux fait de moi qui suis à l’extrémité de mort conduite,
acceptez cette chose en exauçant ma finale et ultime supplication. Et
s’il est nécessaire que ce déloyal homme sans inconvénient à port arrive,
faisant en pays étrange sa retraite : Et que des dieux les fatales dispositions
soient immuables, au moins j’obsècre iceux dieux, que superbe167 et
tumultueux populaire contre son vouloir insiste : de sorte que ses gens
envahis par les forces du martial exercice, soient en région étrange débellés168
et déconfits : et que lui spolié des embrassements d’Ascagne, soit
par urgente nécessité contraint requérir secours et suffrages à tels qui
totalement lui refusent, sans qu’aucune chose lui soit élémosinée169, et qu’à
cette occasion puisse contempler de ses soudards misérables, l’exécrable
mort et ruine. Et quand soumis se sera sous ces lois de paix inique et
droits étranges, de longue vie désirée jouïr ne puisse : afin que sceptre
royal ni hilarité aspirée ne possède : mais par mort subite qui antécède
ses jours, soit dedans l’arène inhumé, sans qu’à l’exanimé cadavre soit exhibé
honneur de royale sépulture. Or faisant supplication aux dieux célestes
que mes déprécatives paroles ne soient nues170 et énervées, à cette
fois extrême, veux mon sang distiller et épandre, démontrant l’ultime
point de mon intention finale. »

Chapitre XXX. [Aen. IV, 622-629] : Supplication de la part de Didon aux Tyriens.

  • 171 Domaine (sans doute au sens de « puissance, autorité, souveraineté », Littré, s. v. domaine, 9e et (...)

30« Ô Tyriens je vous exore et prie
qu’à cette nation Troyenne, qui d’infidélité pullule, portez
inimitié sempiternelle, non seulement manifestée
aux modernes : mais aussi à leur postérité future, qui est
la requête que pour tout bien et rémunération vous ferai.
Ô concédez-moi donc cette chose, n’acceptant
en temps aucun, confédération, amitié ni alliance à peuple
plein de si grande scélératesse pernicieuse : mais en recordation de la coulpe
par eux commise, faites de sorte que de nos os quelque vindication
puisse naître : laquelle leur soit si perverse et dommageuse que les Troyens,
ensemble la mémoire d’eux se puisse effacer et consumer, même
ceux qui d’agriculture s’entremettent avec leurs champs, soient annihilés
et défaits : afin que du violé demaine171 vengeance soit prise. Au surplus je
supplie, que de ports prospères et aptes à les gratifier trouver ne puissent, et
que nos ondes tant soient lointaines et profondes, du tout à leurs ondes

[Fueil. xcix. r°]

soient insidieuses et contraires, nos armes infèrent et donnent contre leurs
armes assidues et continuelles oppressions et molestes, de sorte que les
enfants de nos enfants avec persistance les persécutent. »

Chapitre XXXI. [Aen. IV, 630-641] : Didon ne pouvant plus tolérer les acerbes douleurs qui l’exagitent, prémédite le moyen de sa mort prochaine, pour auquel plus facilement parvenir, trouva manière de se séquestrer de toute société humaine.

  • 172 Nettoie, purifie.
  • 173 Sacrifices expiatoires.
  • 174 Sans doute pour vittes : bandelettes (latin vitta).

31En formant telles ou semblables
paroles, se tournait en diversité de lieux : car l’impétueuse
véhémence de la fervente cupidité vénérique
guère de séjour ne lui donnait : et étant à l’extrémité
conduite, sa perturbée pensée à autre chose n’occupait
qu’à investiguer le moyen pour rompre le fil de sa
misérable vie : par ainsi après diverses imaginations invoqua la mère nutritive
de Sychée, le nom de laquelle était Barcé, et lui dit : « ma fidèle
et douce amie si tu désires me faire service agréable, c’est chose urgente
que promptement vers ma très chère sœur Anne te transmigres, à laquelle
tu annonceras qu’il faut sans dilation qu’en la claire liqueur d’eau fluviale
son corps délicat lave et mundifie172 : Et que puis après elle accumule
les animaux, puis les amène pour achever les piacules173 et sacrifices en la
sorte comme l’instruction lui a été par moi donnée, et de ta part soit
ton chef orné de candides et blanches virtes174 : Car présentement veux
donner principe au sacrifice qu’à Jupiter Stygien ai déterminé de faire : par
l’efficace duquel sera converti en repos pacifique l’extrême travail, dont
la précipiteuse charge je porte, mettant au feu l’effigie, semblance, ou image
du Dardanide qui me tient en cette mentale sollicitude. » Après la prononciation
de ces mots, la nourrice désirant la favoriser, au lieu désigné
son débile et antique pas adresse.

Chapitre XXXII. [Aen. IV, 642-662] : Comme Didon se trouvant de toute société humaine séparée, se réduit au lieu de son palais le plus taciturne : et des piteux regrets et exclamations qu’elle fit, se complaignant de la variété de Fortune, qui en cette extrémité l’avait constituée. Et comment imposant fin à son propos se donna le coup mortifère.

  • 175 Lit.
  • 176 « La déesse Fortune a deux faces, l’une est belle et resplendissante : et l’autre obscure, dénotant (...)
  • 177 « Imprécation de Didon contre Fortune à cause de sa mutabilité » (note d’Hélisenne de Crenne).
  • 178 Vol.
  • 179 Manque de discernement.

32[Fueil. xcix. v°]

Incontinent que Didon se trouva
destituée de compagnie, repoussant toute timeur et usant en elle-
même de trop grande cruauté, voulut sa délibérée proposition
piteuse exécuter : et comme la dolente était en cette chose
occupée, tourna en circonférence ses yeux qui étaient déjà
troublés et obscurcis par superfluité de sang, qui par acerbe douleur en
iceux se dispersait, sa face avait pâle et de taches noires remplie : à cause
de l’appropinquation de mort future : et étant en cet état, raison fut d’elle
incontinent séquestrée : par l’absence de laquelle, une grande fureur survint
qui incontinent conduit l’angoissée dame au lieu de son palais plus clos
secret et taciturne : et lors comparut désespoir, par les stimulations duquel
elle monta sur la summité du monceau, qui pour recevoir flamme était
préparé, où sans tarder désespoir lui mit ès mains l’infortunée et dolente
épée que le profugue Énée à son département en s’absentant d’elle
avait laissée : mais en la laissant ne conjecturait que d’icelle épée, telle
cruauté dût être commise. Or ainsi comme l’affligée dame était
prompte et appareillée de recevoir celle qui de toutes calamités est la
fin, elle aperçut de celui Énée les vêtements et somptueux ornements.
Aussi reconnut le cubile175 où plusieurs et diverses fois, elle misérable
avait à l’exercice de Vénus pris son délectable plaisir. Lors recommençant
ses pleurs et gémissements, un petit s’arrêta pour plus facilement
son affaire recogiter : puis après avoir quelque espace en silence

[Fueil. C. r°]

demeuré, elle prosternée sur le piteux et anxieux lit, de sa bouche pâle et décolorée
ces ultimes paroles forma : « Ô douces et délectables dépouilles,
telles étiez-vous prétéritement, lorsque les divines dispositions fatales
le permettaient, acceptez donc cette âme et me libérez des grandes
cures et sollicitudes, par lesquelles mes sens sont surpris. Las selon Fortune
j’ai de ma brève et courte vie fait cours, et est mon angoissé corps
de vivre las, comme si de ses ans naturels était fourni. Or se transmigrera
présentement sous terre mon image, puisque ma fervente amour et
l’ingratitude de mon amant, ainsi le veulent ? Las j’ai construit et édifié
cité très inclite et populeuse, j’ai pu prendre délectation à contempler
mes exaltés et hauts murs : la très fameuse louange desquels en pluralité
de lieux se dilate. Bien est vrai que vengeant la douloureuse et acerbe
mort de mon fidèle et aimé époux de l’inimitié et malveillance fraternelle,
j’ai plusieurs peines et fatigues tolérées et soutenues : mais après
toutes ces choses, je me persuadais pouvoir ma vie en tranquillité passer,
voyant que Fortune176 avait devers moi sa splendide face tournée, en me
montrant de ses biens en si grande affluence, que plus tôt se manifestait
prodigue que libérale : par quoi de chose aucune n’étais timide : dont
me suis trouvée déçue. Ô caduque et fausse humaine espérance, Ô aveuglée
et instable Fortune177, qui es subtile inventrice de toutes mutations,
vois à quelle calamité cette tienne mobilité m’a conduite : certes de rien
ne me sert l’altissime dignité royale, où je fus constituée. Car de tant
plus que ma majesté fut exaltée sur ta roue variable, de tant plus grande
est ma véhémente douleur et excessive amertume : laquelle vers le Chaos
de confusion a ma face tournée. Ô cruelle et inique Fortune, si pour quelque
occasion, toi détestable, abominable et exécrable avais contre moi
(qui ne t’ai offensée) inimitié conçue, que n’exécutais-tu ire ès biens et opulences,
dont si largement je possède en me spoliant d’icelles par fur178 ou
rapine ? Je crois que de ce faire t’a empêchée Junon, qui sur les biens transitoires
a domination tant grande : ce que voyant, Ô déceptive, tu as bien
pour me troubler, affliger et persécuter, invention plus subtile excogitée.
Car par inopiné accident, l’occasion de mes maux est provenue : mais
qui eût pu imaginer que d’un lieu tant de celui distant, par tant de
montagnes, vallées, bois, mers et fleuves dût venir par ta perversité
rigoureuse celui Dardanide, qui par son infidélité me donne la mort ?
Ha ha fausse Fortune tu jugeais bien par conjecture que la concupiscence,
qui continuellement contre la raison insiste, m’infèrerait telle guerre,
qui finalement me ferait submerger en la mer périculeuse de délectable
volupté. Ce qui a été très facile, d’autant que du principe de telle bataille
ai été trouvée dégarnie des avirons de vertu : lesquels au précédent

[Fueil. C. v°]

me faisaient ma viduité et chaste pudicité conserver. Las si je les eusse auprès
de moi retenus, ils eussent été aptes à me jeter et libérer de tous périls,
en me conduisant après longue résistance au port de suave et douce
tranquillité. Or ne faut-il donc que sur la fragilité humaine je m’excuse :
puisque tout ce mal me succède, pour non avoir avec prudence vertueusement
à l’appétit sensuel résisté. Or à cette heure me trouvant ainsi
confuse, (combien que je connaisse qu’à mon indiscrétion179 la coulpe se
doive attribuer) si ne me puis-je réfréner ni contenir de donner malédictions
à cette nation inique, sans laquelle j’étais tant prospère. Ô que
j’eusse été félice si nefs Troyennes ne fussent jamais à la proximité de
ma terre parvenues : mais puisqu’ainsi est advenu et que fureur et désespoir
me pressent, j’exécuterai ma mortifère entreprise. » Ces paroles dites,
dessus le triste lit sa bouche imprima : puis tels mots commença à
proférer : « Las faut-il qu’ainsi immaturément je meure sans que vindication
s’en ensuive ? Las quelle injustice consent que soie ainsi contemnée,
trahie et outragée ? Hélas renoncerai-je à la nature en cette sorte ? Hélas
oui. C’est mon désir et ultime détermination : en telle manière se translatera
en bas ma dolente âme pour assister au jugement de Minos, avec
les autres ombres : par ainsi, Ô infélice Didon, aujourd’hui seront
terminées tes peines, fatigues, lachrymes, soupirs et extrêmes angoisses.
Or étant décrétée et affirmée cette mienne irrévocable sentence, autre
chose plus ne désire sinon que le cruel amant puisse de ses yeux ce
triste et piteux feu contempler, ad ce que perpétuellement sa détestable
et maudite personne puisse porter pénitence de notre mort tant
acerbe et douloureuse, de laquelle sa perversité et énorme cruauté
occasion prêtent » : plus outre ne permit qu’elle parlât
le furieux désespoir, dont elle était assidûment
associée : dont par la suggestion d’icelui
ignominieusement dessus le glaive
se précipita, avec telle violence,
que son anxieux corps fut
transfixé de vulnération
incurable.

Chapitre XXXIII. [Aen. IV, 663-692] : Des lamentations, lachrymes et pleurs, qui se firent pour l’infélicité de Didon : laquelle chose étant parvenue à la notice de sa sœur, fut plus que l’on ne pourrait exprimer, angoissée, et fit plusieurs regrets sur le corps d’icelle Didon : de laquelle la dolente âme n’était encore transmigrée.

  • 180 Cachée.
  • 181 Joie.

33[Fueil. ci. r°]

Incontinent que fut reçu ce coup
mortel, ses pédissèques assistantes l’aperçurent prosternée, et virent
l’épée et aussi ses polides mains, qui de son sang cordial étaient
contaminées et maculées, et sa face de couleur toute ternie
qui à l’occasion de cette anxiété mortifère provenait : lors pour
la cause de cette déplorable et triste infortune, commença par le palais
grandes et piteuses clameurs, dont tôt après de ses tristes nouvelles fut
la cité certiorée : Par quoi tous lieux habitables furent remplis de lamentations,
lachrymes, plaintes et ululations mulièbres : et ne furent les
acerbes regrets moins grands, que si cruels et furieux ennemis, entrant
dedans Carthage, l’eussent totalement démolie, et que par trop
excessive insolence missent le feu aux somptueux temples, et magnifiques
domiciles, sans que de leur outrageuse rigueur aucuns lieux fussent
exempts. Or continuant le bruit piteux de la multitude populaire,
certes l’anxieux et triste cas intervenu, promptement parvint à la
notice de sa sœur Anne, qui pour cette chose ouïe fut extrêmement
troublée : dont avec plus véloce cours (que ne requiert la condition féminine)
s’adressa au lieu où telle clameur avait ouïe : et en y allant était
agitée de telle fureur par la force d’affection sororale, que continuellement
la pulchritude excellente de sa face et candide poitrine, avec les
ongles lacérait et dérompait. Et quand au triste lieu fut parvenue, incontinent
se mit entre les assistants : lesquels étaient accumulés en grand
nombre, faisant lamentables complaintes et piteux regrets pour l’infélicité de cette illustrissime Reine, qui était des douleurs mortelles
fort agressée, et toutefois invoquait le nom de sa sœur. Mais par l’interruption
d’innombrables sanglots, la parole lui fut forclose : ce que connaissant
sa sœur Anne avec voix piteuse : cassée et débile, tel principe
donna à son parler : « Ô chère sœur, qui avec toi toutes mes consolations
et hilarités emporte, me laissant accompagnée d’assidues et continuelles
douleurs et perpétuelles larmes et pleurs. Las est ceci la cause pourquoi
simulais vouloir exhiber aux dieux sacrifice ? me persuadais-tu si
occultement et instamment de préparer le feu et flamme mortelle ? ses
autels ont-ils été érigés et élevés pour telles opérations prodigieuses ?
Las voyant infortune tant extrême, quelle plainte assez piteuse pourrais-je former ? Certes sachant plus souffrir que dire, elle ne saurait être
si véhémente qu’elle pût totalement manifester l’acerbe douleur intérieure,
que pour cette tienne immaturée mort je porte. Hélas chère sœur
es-tu déjà ès ténèbres mortelles absconsée180 ? comment as pu cette mort
excogiter pour me dérelinquer, ainsi angoissée et adolorée sans espérance
de pouvoir jamais aucune jocundité181 recouvrer ? Las s’il t’eût plu de ta

[Fueil. ci. v°]

grâce me concéder, ce singulier bien de m’exprimer cette affaire, semblable
mort eût été apte à imposer fin à nos jeunes jours : car nous avons
toujours été durant ta vie tant unanimes, que si pour quelque accident
survenu tu détestais le plaisir, l’ennui m’était acceptable : si tu aimais le
travail, le repos m’était tédieux, de sorte que tes anxiétés et mes afflictions
cruciaient un même cœur : par ainsi si j’eusse été certaine que
tu eusses désiré la mort, il est assez croyable et concessible que l’affection
de vivre se fût de moi séquestrée : par quoi en une même heure de pareille
douleur et même glaive eût été notre cœur violentement transfixé :
mais étant du tout ignorante de ta délibération occulte, las j’ai
construit et fabriqué de mes mains ce cruel et ignominieux sacrifice,
en invoquant les dieux sous expectation de quelque consolation future :
certes chère sœur par ma simplicité et légère croyance, j’ai été homicide
de toi et de moi ensemble, je suis certes la totale et principale
cause de la ruine et destruction de la popularité Sidonienne : Car avec
la séparation de la majesté royale, Ô fidèles citadins, vous devez croire
que de votre cité très inclite s’absenteront toutes fortunes prospères :
mais en cette extrémité pour ultime bien je vous requiers que permettiez
que d’elle me fasse proche, à ce que de liqueurs aquatiques je puisse
ses vulnérations laver : et en m’occupant à ce piteux exercice, au moins
pourrai-je connaître son soupir final, et donnerai quelque baiser à sa
décolorée bouche », tout subit en continuant cette lachrymeuse voix,
elle monta sur les degrés qui étaient tous contaminés du sang cordial
piteusement épandu : ce que voyant, lui furent ses anxiétés merveilleusement
augmentées : toutefois accumulant toutes ses forces, entre ses bras
délicats prit sa sœur les fragiles membres, de laquelle étaient déjà de
mortelle froidure occupés : lors avec grande affluence de pleurs qui de
ses yeux distillaient, elle se mit à laver la sanguinolente teinture, sans
être timide de maculer les accoutrements précieux et riches dont elle
était ornée. Cependant que ce piteux office elle faisait, Didon qui
gisait destituée de toutes ses forces, ses yeux aggravés souvent ouvrait,
puis assez promptement les refermait, trois fois ou plus s’efforça sur ses
coudes se dresser : mais de tout son effort l’opération était vaine, parce
que l’esprit vital d’elle se commençait à distinguer, ses yeux errants investiguaient
leur lumière accoutumée. Et quand elle eut un petit la reluisance
du préclaire jour aperçue, et qu’un grand soupir eut issu de
son dolent estomac, elle se posa sur la triste et piteuse couche fermant
les yeux et sa bouche pâle.

Chapitre XXXIV. [Aen. IV, 693-705] : Comme la sublime déesse Junon eut compassion de la trop longue peine de l’infélice dame : dont pour y imposer fin envoya du ciel Iris, lui donnant charge que de la prison corporelle délie l’âme.

  • 182 « Iris est une déesse de l’air, messagère de Junon » (note d’Hélisenne de Crenne).
  • 183 « Proserpine Reine d’enfer » (note d’Hélisenne de Crenne).
  • 184 « Charon est celui qui transmigre les âmes par sur Achéron fleuve infernal, les autres fleuves sont (...)
  • 185 Jaune doré.
  • 186 « Pluton est aucunefois appelé Dis, qui est à dire Riche, parce qu’il reçoit tous en Enfer » (note (...)

34[Fueil. cii. r°]

La très puissante Junon ayant compassion
de sa peine anxieuse, qui trop longue et prolixe était :
pour y imposer fin, elle envoya du ciel la très agile Iris182, lui
donnant expresse commission de délier l’âme de sa prison corporelle,
et la décharger de ses fragiles et mortels membres : ce
qui fut fait, à cause que par le fatal ni par mort méritée n’était la misérable
dame privée de vie : mais elle simple et au croire trop facile, par enflammée
amour vénérienne, avait ses jeunes jours anticipés sans attendre d’avoir
atteint son période : donc Proserpine183 qui de l’obscur et ténébreux
royaume tient le sceptre et la couronne, n’avait encore sa chevelure blonde
coupée et ne l’avait condamnée d’être si tôt en son Orcus conduite :
car les trois sœurs n’avaient encore fait en elles leurs offices : les noms
de ces trois sœurs fatales sont, Clotho, Lachésis et Atropos : par lesquelles
est entendu la vie de l’homme par trois temps. Clotho porte la quenouille
qui se peut interpréter qu’elle donne vie aux choses. Lachésis qui ne cesse
de filer, dénote la vie que durant ce filet nous avons. Et Atropos le
rompt, qui signifie que la vie de l’homme est terminée. Or n’étant Didon
parvenue à la maturité des ans, auxquels Atropos a de coutume le fil
couper, certes Charon184 n’avait encore sa barque appareillée pour passer
l’âme d’elle outre le fleuve Achéron. Or puisque c’était une mort violente,
de tant plus était la dissolution du corps difficile : donc Iris
avec ses ailes crocées185, en l’air tirait à elle mille couleurs variables et diversifiées,
contrariant par ses forces le resplendissant Phébus : et tant persista
en la vélocité de son cours, que sur le chef de la dolente Reine ne fut posée :
puis les mots subséquents prononça : « Je transmigre au dieu Dis186 ce sacrifice,
combien que les anxiétés extrêmes originées d’amour trop grande,
aient de son angoissé corps délié l’âme pour faire ailleurs perpétuelle
résidence. » Ces paroles proférées, sans aucune dilation elle coupa sa
dorée chevelure : Lors Didon devenant pâle, piteuse et décolorée,
toute chaleur naturelle d’elle se séquestra, et avec les vents s’envola sa
jeune vie.


Fin de la Traduction du
QUATRIÈME LIVRE DES ÉNÉIDES
DE VIRGILE, NOUVELLEMENT IMPRIMÉ À
Paris, par DENIS Janot Imprimeur et Libraire,
Demeurant en la rue neuve notre Dame à
l’enseigne saint JEAN Baptiste,
près sainte GENEVIÈVE
des Ardents.

De Crenne.

Haut de page

Notes

1 Reformulation (grec phrasis, traduit par elocutio en latin). Au titre courant de chaque verso, donc en page de gauche, on a ensuite : « PHRASE DU QUATRIÈME LIVRE » ; et, au titre recto (en page de droite) : « DES ÉNÉIDES ». Le titre même que nous donnons à ce document, La Translation…, se trouve tout en haut de lxxviii r°.

2 Très invincible.

3 Flèche en or.

4 Triste, pénible, douloureuse.

5 Inconsidérée (non réfléchie), d’où violente, furieuse.

6 Souci (en particulier, « souci, mal amoureux » : Aen. IV, 1 et 5, cura).

7 Cachée ― « blessure mortelle cachée ».

8 Joie, bonheur.

9 Se retirèrent

10 Malheureuse.

11 Placée.

12 Procurer.

13 Louant, portant aux nues.

14 Condition de veuve.

15 Commencement.

16 Crainte.

17 Prouve.

18 Trompée, nuie.

19 Faute.

20 Esclave.

21 Blanche.

22 As expliqué de façon nette (Robert Estienne, Dictionarium latinogallicum, 1538, Google Livres, s. v. enucleo, rend le verbe par « découvrir et mettre une chose en évidence et déclarer »).

23 Affection.

24 Procurera.

25 Beauté.

26 Douce comme le miel.

27 Oubli.

28 Vivants (litt. « voyageurs », dans une vision chrétienne où l’homme est « en voyage » dans ce bas monde, avant de parvenir dans sa « patrie », le Ciel).

29 Souffrant.

30 Rappeler.

31 Célèbre, illustre.

32 Supplie.

33 Conseille.

34 Auparavant.

35 Se réjouissait.

36 Jusqu’à la moëlle.

37 Blessure.

38 « Par le fils de Vénus s’entend Cupidon dieu d’amour » (note d’Hélisenne de Crenne).

39 Artifices.

40 Empoisonnés (et : magiques).

41 Errait.

42 Gauche.

43 Le jet.

44 Court.

45 Arrivée.

46 Restaurer.

47 Fatigués, lassés.

48 Retirait.

49 Crucifiée, torturée.

50 Très hautes.

51 Faible.

52 Faits par des ouvriers.

53 Élevés au-dessus des autres.

54 Agitée.

55 La priant, la suppliant.

56 Qui tonne d’en haut.

57 Réputation, honneur.

58 La Renommée.

59 « Junon Saturnienne, est ainsi dite à cause qu’elle est fille de Saturne. Vénus est par les Grecs appelée Aphrodite, à cause que selon les poètes, elle fut engendrée de l’écume de la mer, et Aphrodite signifie spumosité et écume » (note d’Hélisenne de Crenne). « Spumosité » est un synonyme d’« écume ».

60 Char.

61 Équipement de combat.

62 Étranger.

63 Joie.

64 Unir.

65 Sortir.

66 Assure.

67 Caverne.

68 Délai.

69 Charmante.

70 Pourpre.

71 Carquois.

72 Beauté.

73 Excessive.

74 Part.

75 Chevelure dorée.

76 Branches, frondaisons.

77 Noble.

78 Comparer.

79 Peur.

80 Ouvertement.

81 « Junon préside aux mariages légitimes, et a grande puissance en la région Areine » (note d’Hélisenne de Crenne).

82 Émues.

83 Bien faites.

84 « Les Nymphes napées sont maîtresses des Fontaines. Les Dryades ont les arbres à gouverner. Les Néréides Nymphes aquatiques qui sont filles de Nérée, et de Doris » (note d’Hélisenne de Crenne).

85 « Océan fils de Célius très révéré entre les dieux Marins » (note d’Hélisenne de Crenne).

86 « Satyres sont dieux ayant les cornes au front, et les pieds comme de Chèvres. Orcades sont Nymphes qui habitent aux montagnes. Aussi sont pareillement Piérides. Et les Hespérides sont les filles d’Atlas, et habitent en Afrique » (note d’Hélisenne de Crenne).

87 Vivement blâmée.

88 Manque.

89 Dangereuse.

90 Rabaisser le mérite, dénigrer.

91 Dépourvue de nerf, de force.

92 Féminin.

93 Qui possède un royaume.

94 Limites.

95 Récompense.

96 Leurs yeux ont été arrachés.

97 Inscrits, enregistrés.

98 Illustre.

99 Déclare.

100 Pétase, chapeau à large bord. « Ici est ajoutée la description des accoutrements de Mercure, avec la signification d’iceux » (note d’Hélisenne de Crenne).

101 Sandales.

102 Main droite.

103 « Argus était un homme cault, à cette cause les Poètes ont faint qu’il avait cent yeux, qui depuis furent mués en plumes de Paon : qui sont oiseaux dédiés à la déesse Junon » (note d’Hélisenne de Crenne). « Cault » signifie « prudent, rusé ».

104 « Atlas fut jadis homme fort opulent et puissant : mais pour avoir dénié logis à Persée, qui était garni du chef de Méduse Gorgone : ledit Atlas fut converti en un grand mont qui touche au ciel » (note d’Hélisenne de Crenne).

105 Le texte de Virgile (v. 259) dit magalia, sans majuscule, que Perret traduit par douars, où logent les Afres ou Africains (latin Afri) : Énée est dans un quartier de Carthage où construire des maisons.

106 Vues.

107 Laisser, délaisser.

108 Apaiser.

109 Afin que.

110 Ruse, tromperie.

111 Partir.

112 Méprisée.

113 Surpasse.

114 Honte.

115 Fugitif, banni.

116 Ancienne, première.

117 Santé, état de ce qui se porte bien.

118 « Caucase est montagne Orientale : ainsi appelée à cause de son extrême blancheur, car selon la langue Orientale Caucase signifie candeur. En cette montagne Prométhée enseigna premièrement aux Assyriens Astrologie » (note d’Hélisenne de Crenne).

119 Rocs, rochers.

120 Traître.

121 Punition méritée (deserte est le déverbal de deservir, cf. anglais to deserve, « mériter » ; Robert Estienne, Dictionnaire françois-latin, 1539, Google Livres, s. v. deseruir, « Qui a deservi d’être puni pour quelque faute qu’il a faite, Obnoxius »).

122 Pâle, blême.

123 « Les champs Élysées, est le séjour des âmes qui par les jugements de Minos, Radamanthe et Éaque sont bonnes, pures et sincères » (note d’Hélisenne de Crenne).

124 Servantes.

125 Souvenir.

126 Opiniâtreté, obstination.

127 Soufflements.

128 Plainte.

129 « Penthée méprisa le Dieu Bacchus lors qu’il fit son entrée à Thèbes, dont advint que pour punir ledit Penthée de déserte condigne, il fut par la rage furieuse de ses propres parents exécrablement occis » (note d’Hélisenne de Crenne).

130 « Oreste fils d’Agamemnon, commit homicide en la personne de sa mère Clytemnestre, parce qu’elle et son adultère Égisthe conspirant ensemble, avaient meurtri Agamemnon son père » (note d’Hélisenne de Crenne).

131 Vengeresses.

132 « Éthiopie fut ainsi appelée de Koush, fils de Cham duquel les Éthiopiens ont pris origine, car Koush en Hébreu, signifie Éthiopie en Grec » (note d’Hélisenne de Crenne).

133 Du soir.

134 Brillant, éclatant.

135 Gardienne.

136 « Les Hespérides filles du grand Atlas, avaient un délectable jardin, où croissaient les dorées Pommes dédiées à Vénus, duquel jardin Alcide fut jadis hardi dépouilleur, en privant de vie le vigilant Dragon qui les Pommes conservait » (note d’Hélisenne de Crenne).

137 Entoure.

138 Capables de tout (de conduire en tous sens, sur latin ducere).

139 Ramener, réduire.

140 Infâme, abominable, dont on ne saurait parler.

141 Remarquable, supérieure.

142 Bâtisse.

143 Guirlandes (souvent faites de fleurs : « chapeaux de roses »).

144 Autour du bûcher.

145 Source.

146 Habile au fait (c’est le « charme d’amour » chez Virgile, v. 515-516).

147 Forcer, contraindre.

148 Influence (des planètes).

149 Raffinées, élégantes (latin politus).

150 Une des Moires, équivalentes grecques des Parques.

151 Piéger.

152 Jetés.

153 De renard : rusée, fausse.

154 Esclaves, serviteurs.

155 Rayons.

156 Déchirait.

157 Trouble.

158 « Ici est ajoutée la narration de la pluralité des noms du Soleil, avec la signification d’iceux » (note d’Hélisenne de Crenne).

159 Littéralement : aux cheveux d’or, blond.

160 « Ici est ajoutée l’interprétation des noms de Junon, avec la déclaration de la sublime et exaltée puissance d’icelle » (note d’Hélisenne de Crenne).

161 Régner, gouverner.

162 Insolence, effronterie.

163 Récompenser.

164 « Ici est ajoutée la diversité des noms de la Lune, avec les puissances et propriétés d’icelle » (note d’Hélisenne de Crenne).

165 « Euménides furies ou rages sont filles d’Achéron l’horrible fleuve qui signifie perdition de joie : la première s’appelle Alecto, qui se peut interpréter non reposant : la seconde Tisiphone, qui vaut autant comme voix furieuse : et la tierce est nommée Mégère, qui signifie noise et discord » (note d’Hélisenne de Crenne).

166 Où il y a des serpents.

167 Sic, sans doute pour qu’un superbe.

168 Vaincus.

169 Qu’on ne fasse l’aumône d’aucune chose.

170 Vides.

171 Domaine (sans doute au sens de « puissance, autorité, souveraineté », Littré, s. v. domaine, 9e et historique ; sens que Cotgrave rend par « an honor »).

172 Nettoie, purifie.

173 Sacrifices expiatoires.

174 Sans doute pour vittes : bandelettes (latin vitta).

175 Lit.

176 « La déesse Fortune a deux faces, l’une est belle et resplendissante : et l’autre obscure, dénotant que ceux sont félices qu’elle aime et regarde du bon côté, et au contraire sont misérables, ceux auxquels elle veut nuire » (note d’Hélisenne de Crenne).

177 « Imprécation de Didon contre Fortune à cause de sa mutabilité » (note d’Hélisenne de Crenne).

178 Vol.

179 Manque de discernement.

180 Cachée.

181 Joie.

182 « Iris est une déesse de l’air, messagère de Junon » (note d’Hélisenne de Crenne).

183 « Proserpine Reine d’enfer » (note d’Hélisenne de Crenne).

184 « Charon est celui qui transmigre les âmes par sur Achéron fleuve infernal, les autres fleuves sont, Cocyte, Styx, Phlégéthon, et d’aucuns y ont ajouté Léthé » (note d’Hélisenne de Crenne).

185 Jaune doré.

186 « Pluton est aucunefois appelé Dis, qui est à dire Riche, parce qu’il reçoit tous en Enfer » (note d’Hélisenne de Crenne).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélisenne de Crenne, « La Translation du quatrième Livre des Énéides de Virgile », Exercices de rhétorique [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 24 septembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rhetorique.revues.org/417

Haut de page

Auteur

Hélisenne de Crenne

(vers 1510 – vers 1560)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Exercices de rhétorique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo RARE
  • Les cahiers de Revues.org